Front commun

Négociations du secteur public 2022-2023

Proposition d’entente de principe à la table centrale pour les 420 000 travailleuses et travailleurs du front commun

Le Front commun est parvenu à conclure une proposition d’entente de principe à la table centrale pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public à la fin de décembre, après 11 jours de grève et de nombreuses semaines de travaux intensifs aux tables de négociation. La volonté du Front commun a toujours été de présenter en premier à ses membres le contenu de la proposition d’entente survenue à la table centrale. Toutefois, dans le contexte où l’information circule, nous souhaitons vous présenter les grandes lignes constituant l’hypothèse de règlement. Notez qu’un info-négo complet, présentant l’ensemble de la proposition vous sera acheminé autour du 7 janvier prochain.

Cinquante ans après la formation du premier Front commun en 1972, la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) unissent leurs forces afin de négocier en alliance. Nous serons donc plus de 420 000 membres à parler d’une seule voix pour cette ronde de négociation.

Événements

Tracts à télécharger

Pourquoi la grève?Tract estival

Sondage SOM: L’opinion publique est clairement du côté des travailleuses et des travailleurs

Le Front commun dévoile les résultats d’un sondage SOM sur la perception des Québécoises et des Québécois à l’égard des négociations du secteur public, lesquels confirment que la population est globalement favorable aux objectifs des travailleuses et des travailleurs du secteur public.

La très grande majorité des Québécoises et des Québécois sont d’avis que le gouvernement doit améliorer les conditions de travail de ses employés (87 %) pour demeurer compétitif sur le marché du travail. Ils pensent également que les salaires devraient minimalement être indexés au coût de la vie (86 %). Les trois quarts sont aussi d’avis que les salaires du secteur public devraient être équivalents à ceux du secteur privé (77 %).

Info-négo