Mission

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses syndicats affiliés ont plus de 100 ans d’histoire. Pas surprenant que la plus grande centrale québécoise compte aujourd’hui plus de 600 000 membres, présents dans tous les secteurs de l’activité économique et dans toutes les régions du Québec.

Ces richesses du passé et cette expérience au quotidien nous les mettons au service des travailleurs et travailleuses du Québec et des luttes syndicales et populaires. Engagée résolument dans la défense des droits de la personne et dans la recherche d’une plus grande justice sociale, la FTQ est partie prenante du changement social et de la lutte pour l’affirmation du Québec.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale au Québec:

  • Elle compte plus de 600 000 membres.
  • 35 syndicats nord-américains, canadiens et québécois y sont affiliés.
  • 15 conseils régionaux.
  • 5 000 syndicats locaux.

La FTQ est présente dans tous les secteurs, tant public que privé, de juridiction provinciale ou fédérale. Elle est dans un contexte de concurrence syndicale avec la CSN, la CSD et les syndicats indépendants. Elle prend activement position sur des questions d’intérêt public, social, économique, politique et culturel. L’affiliation à la FTQ est volontaire. Le coût de l’affiliation est de 1,55 $ par membre, par mois depuis juillet 2019. Plus du tiers des membres de la FTQ sont des femmes. La FTQ est la centrale qui représente le plus grand nombre de jeunes de moins de 35 ans, soit près de 150 000 personnes, qui forment 30 % de son membership.

Promouvoir les intérêts professionnels de ses affiliés et œuvrer à la promotion sociale, économique, culturelle et politique des travailleurs et travailleuses du Québec.

Pratiquer un syndicalisme qui assume et fait siennes les particularités du Québec et les aspirations des travailleuses et travailleurs québécois.

Inciter ses membres à participer à la vie politique sous toutes ses formes et assurer une présence prépondérante des travailleurs et travailleuses partout où des décisions sont prises en leur nom.

ftq_logo-fleche2015-web

De l’Outaouais à la Côte-Nord, de la Baie James à la Gaspésie en passant par Montréal, plus d’un demi-million de personnes travaillant dans tous les secteurs – publics, parapublics et privés – de l’économie québécoise, dont des milliers de femmes et de jeunes, s’identifient à ce symbole. Ce symbole, on le retrouve sur les pancartes, les conventions collectives, les papiers à lettres, les journaux des syndicats locaux qui ont choisi la FTQ.

Ce symbole, souvent appelé la « flèche » de la FTQ, a une histoire et un sens. Constitué d’une flèche dirigée vers le haut et surmontée d’un disque, il représente en même temps le travailleur ou la travailleuse et le mouvement convergent des militants et des militantes vers leur centrale. Le mouvement ascendant de la flèche suggère également l’aspiration à un relèvement constant des conditions de vie, rendu possible par la force que représente le disque parfait de la solidarité. Enfin, le rouge est la couleur associée à la revendication et à l’action.

Lancé en 1967, le symbole de la FTQ portera toujours tout son sens.

ATTENTION: Le logo de la FTQ est une marque de commerce dûment enregistrée et son usage est strictement réservé aux syndicats affiliés à la FTQ et à ses conseils régionaux.

Impression

  • 2 couleurs: flèche pantone 032U, reste noir
  • 4 couleurs: flèche100 % jaune, 100 % magenta.

Logo de la FTQ

Format: .eps
Usage: Impression professionnelle
Procédé: 4 couleurs (CMYK)
Type: Vectoriel
Kilo-octets: 135
Compression: (.zip) 60 ko
Le nom complet de la centrale figure sur cette version du logo
ftq-logo-eps.zip ( 58.46 Ko )

Format: .jpg
Grandeur: 370 x 300 pixels
Résolution: 72 pixels par pouce
Couleurs: RGB
Le nom complet de la centrale figure sur cette version du logo
logo-ftq-rgb72-370×300.jpg ( 17.18 Ko )

Format: .jpg
Grandeur: 125 x 300 pixels
Résolution: 72 pixels par pouce
Couleurs: RGB
Le nom complet de la centrale n’y figure pas
logo-ftq-f72-125×300.jpg ( 6.4 Ko )

Structure de la FTQ

Congrès

Le Congrès est l’autorité suprême de la Fédération. Les décisions sont prises à la majorité des voix, sauf quand il est autrement prévu dans les Statuts. Au congrès, qui se tient tous les trois ans, toutes les sections locales affiliées ont droit à une délégation minimale d’une personne. D’autres peuvent s’ajouter selon le nombre de membres que compte la section locale. Chaque Conseil régional a droit à une délégation minimale de trois personnes. Les membres du Bureau sont délégués de plein droit.

Conseil général

Entre les congrès, la Fédération est gouvernée par un Conseil général responsable au Congrès. Le Conseil général se réunit à intervalles réguliers au moins trois fois par année et a la responsabilité de donner suite aux orientations prises au Congrès, d’orienter la Fédération entre les congrès, de statuer sur les recommandations de son Bureau et de réviser l’expédition des affaires courantes par le Bureau. Le Conseil général est composé, en plus des membres du Bureau, de membres délégués par les structures québécoises des syndicats québécois, canadiens et internationaux et par les Conseils régionaux. Environ 150 personnes y siègent.

Bureau

Le Bureau de la FTQ expédie les affaires courantes entres les séances du Conseil général et est responsable à ce dernier. Il se réunit au moins une fois par mois. Le Bureau est composé de 19 personnes occupant les postes suivants : présidence, secrétariat général et 17 vice-présidences, 13 provenant des syndicats, 1 des Conseils régionaux et 3 du Caucus des femmes déléguées au congrès.

33e CONGRÈS DE LA FTQ

16 janvier au 19 janvier 2023

Tout savoir sur le Congrès

CAMPAGNE EN COURS

Front commun pour les négociations du secteur public

Voir la campagne
Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) |

LE MONDE OUVRIER

Consulter Le Monde ouvrier

Mobilisation (événements)

Voici la liste des mobilisations. Si vous ne trouvez pas votre événement, contactez-nous.


16 au 19 janvier 2023

Congrès de la FTQ

Voir tous les événements

À VISIONNER

Langue à l’ouvrage

Documentaire sur la francisation