Le rapport sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées - Ottawa et Québec doivent prendre acte et agir en conséquence

Montréal, le 3 juin 2019. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) lance un appel aux gouvernements fédéral et du Québec pour qu’il donne suite au rapport de la commission d’enquête sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.

«Nos gouvernements ne peuvent rester sans réagir aux conclusions du rapport et ne peuvent surtout pas le tabletter comme c’est trop souvent le cas lorsque cela dérange. Les gouvernements fédéral et du Québec doivent agir sans tarder afin de tenter de réparer les erreurs du passé. Les constats sont choquants et troublants», déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

«L’indifférence de nos sociétés face à la violence et à l’intimidation, dont sont particulièrement victimes les femmes autochtones, ne peuvent plus être tolérées. Nous nous devons d’être solidaires à l’endroit des femmes autochtones et faire en sorte que plus jamais elles n’aient à subir les graves injustices dont elles ont été trop souvent victimes», conclut le secrétaire général de la FTQ.

«Il est important pour nos sociétés de prendre conscience des difficultés vécues par les peuples autochtones, notamment les femmes. Collectivement, nous avons également un devoir de mémoire afin d’honorer les femmes et les filles disparues ou assassinées bien trop souvent dans l’indifférence générale», conclut la vice-présidente représentant les femmes de la FTQ, Joëlle Ravary.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.