Marche étudiante pour l’environnement: l’initiative est saluée par la FTQ

Marche pour le climat en novembre 2019

Marche pour le climat en novembre 2019. Photo: Eric Demers

Montréal, le 14 mars 2019. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue l’initiative du mouvement La Planète s’invite à l’université qui a réussi à mobiliser la communauté étudiante en l’invitant à participer au mouvement de grève planétaire pour l’environnement.

En ce vendredi 15 mars, un peu partout à travers le monde, des jeunes se mobilisent afin de manifester leur mécontentement à l’endroit des autorités qui ne font pas assez pour lutter contre les changements climatiques. Ce mouvement est maintenant planétaire alors que plus de 1700 manifestations dans 112 pays sont prévues.

«Il y a une prise de conscience à faire. La lutte contre les changements climatiques représente un défi immense pour nos sociétés, nos gouvernements. Les signaux d’alarme ne cessent de sonner. Il y a urgence à réduire les émissions de gaz à effet de serre et nous ne pouvons rester les bras croisés face à cette réalité», déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

D’ailleurs, la FTQ tente déjà depuis plusieurs années d’attirer l’attention de nos dirigeants sur l’urgence de lutter contre les changements climatiques. Par exemple, lors de son Congrès de 2016, la FTQ a adopté une importante déclaration de politique sur les changements climatiques en revendiquant une économie plus propre et plus verte. Tout récemment, la FTQ a amorcé une tournée du Québec pour sensibiliser ses militants et militantes à l’importance de réaliser une transition énergétique juste pour éviter que nos travailleurs et travailleuses ne soient les grands perdants de cette transition.

«Toute la question des changements climatiques doit devenir prioritaire pour nos élus et nos gouvernements qui doivent mesurer dès maintenant l’impact de ces changements sur notre économie et nos emplois. Mais cela doit se faire dans l’ordre et de façon équitable pour nos travailleurs et travailleuses ainsi que pour les communautés», conclut Serge Cadieux.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.