32e Congrès de la FTQ - Relativité salariale : manifestation des travailleuses et travailleurs du secteur public devant le Conseil du trésor

Photo : Normand Blouin

Québec, le 25 novembre 2019. – Les travailleuses et travailleurs du secteur public dénoncent l’intransigeance du gouvernement dans le dossier de la relativité salariale et de la non-reconnaissance des années d’expérience de celles et de ceux qui œuvrent au bien-être de la population. Le minimum que le Conseil du trésor puisse faire, c’est au moins de reconnaitre les années d’expérience de son personnel. Malheureusement, le gouvernement caquiste reste immobile devant ce qui est en train de devenir une crise sans précédent dans les secteurs de la santé et de l’éducation.

Les travailleuses et travailleurs du secteur public profitent donc du Congrès de la FTQ, qui s’ouvre aujourd’hui à Québec, pour exhorter directement le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, à prendre acte de leurs revendications et à agir rapidement.

« Dans le milieu de la santé, par exemple, un préposé ou une préposée aux bénéficiaires avec 25 ans d’expérience sera intégré à l’échelon 4 alors qu’un préposé ou une préposée aux bénéficiaires possédant 10 ans d’expérience et ayant été embauché le 3 avril 2019 serait reconnu à l’échelon maximal, ce qui est injuste. Si on ne redresse pas la barre au plus vite, plus personne ne voudra travailler dans les réseaux de la santé ou et de l’éducation », d’affirmer Frédéric Brisson, président du CPAS-SCFP, et Sylvie Nelson, présidente du SQEES-298.

« Nous sommes devant le Conseil du trésor pour interpeller le gouvernement face à cette triste réalité qui afflige nos institutions publiques et pour lui rappeler qu’une partie de la solution est à sa portée. La décision du Conseil de refuser de reconnaître l’expérience passée des travailleurs et travailleuses lors de leur intégration dans la nouvelle structure salariale à la suite de l’application de la relativité est une erreur qui cause des frustrations inutiles », d’ajouter Pierrick Choinière-Lapointe, directeur exécutif du SEPB-Québec et Raymond Larcher, président de l’UES 800.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

Les travailleuses et travailleurs du secteur public de la FTQ sont représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (SQEES-298), le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB) et l’Union des employés et employées de service (UES 800).