Comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre

Le comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre (anciennement nommé comité sur les droits des personnes gaies, lesbiennes, bisexuelles et transgenres-GLBT) a changé de nom afin de mieux représenter la diversité qui existe tant au sein de nos syndicats que dans la population.

La FTQ combat la discrimination sous toutes ses formes particulièrement sur le terrain de l’emploi et du travail. Les personnes issues des communautés LGBTQIA+ ont obtenu très récemment des droits réservés auparavant aux personnes hétérosexuelles : droits aux avantages sociaux et aux régimes de retraite comme conjoints de même sexe, droit au mariage, droit à l’adoption. Le comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre a été de tous les combats pour faire reconnaître ces droits. Et il reste à faire car les droits ne préservent pas de préjugés et de la discrimination qui prend souvent des formes sournoises.

Mandat

Le comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre, à sa réunion du 19 septembre 2014, a redéfini son mandat de la façon suivante:

  • Combattre les préjugés, l’intimidation, la discrimination vécus par les personnes issues des communautés LGBTQIA+ dans les milieux de travail et la société.
  • Sensibiliser, informer et éduquer les membres des syndicats de la FTQ afin de permettre la préservation de l’égalité juridique et l’acceptation sociale des personnes issues des communautés LGBTQIA+.
  • Développer des types d’intervention afin de promouvoir et permettre l’implication des membres au sein des syndicats de la FTQ.

Le comité se réunit environ cinq fois par année, notamment pour organiser les festivités de la Fierté en août de chaque année.

Plan d’action

Le comité s’est donné un plan d’action . Ce plan comporte trois volets :

  1. Assurer la représentativité du comité à l’intérieur de la structure de la FTQ et de ses affiliés.
  2. Maintenir et développer notre présence auprès d’instances extérieures.
  3. Orientation politique et sociale.

Membres

  • Keith Lemoine (AFPC)
  • Sébastien Barraud (SEPB)
  • Mike Barney (SCFP)
  • Marc Periard (SQEES-198)
  • Denis Ouellette (Teamsters)
  • Wendy Dugas Blouin (IPFPC)
  • Nicholas Jean (TUAC)
  • Benoit Lapointe (Unifor)

Responsables politiques: Daniel Boyer (FTQ) et Louise Michaud (AIMTA)

Responsable technique: Stéphane Hudon (FTQ)

La FTQ participe aux organismes suivants :

  • La chaire sur l’homophobie de l’UQAM
  • La Table nationale de lutte contre l’homophobie et la francophonie des réseaux de l’éducation

En 1995, le congrès de la FTQ a adopté une résolution concernant la reconnaissance des conjoints de même sexe. Cette résolution demandait que la FTQ :

  • se dote d’une politique pour contrer la discrimination envers les gais et lesbiennes;
  • produise et distribue un document de sensibilisation sur les droits des gais et lesbiennes;
  • lutte pour que les lois actuelles soient amendées en y enlevant tout élément discriminatoire envers les gais et lesbiennes;
  • incite ses syndicats affiliés à négocier des clauses de convention collective assurant la protection et la reconnaissance des conjoints de même sexe.

En 1998, le Congrès adoptait une déclaration de politique sur les droits des conjoints de même sexe et une résolution créant un comité des droits des gais et lesbiennes. Le comité a été mis sur pied en 1999 avec le mandat de poursuivre la lutte contre la discrimination et l’homophobie et d’améliorer les conditions de travail et la qualité de vie des membres gais et lesbiennes. Depuis, les revendications énoncées dans la déclaration de politique et dans la résolution se sont concrétisées :

  • Reconnaissance des droits des conjoints de même sexe, notamment dans la Loi sur les régimes complémentaires de retraite;
  • Reconnaissance des droits des conjoints de même sexe dans les conventions collectives, tant dans le secteur public que dans le secteur privé;
  • Production d’un « Guide de sensibilisation sur les droits des gais et lesbiennes » portant entre autres sur les droits des conjoints de même sexe;
  • Participation à la Coalition pour la reconnaissance des conjoints de même sexe.

Des avancées ont été faites au Québec pour le respect des droits des personnes issues des communautés LGBTQIA+: droits égaux pour les conjoints de même sexe, union civile et mariage, acceptation de la transsexualité, etc.

Des droits égaux pour les conjoints de même sexe

En 1999, une loi a reconnu aux couples de même sexe les mêmes droits et les mêmes obligations que ceux conférés aux couples hétérosexuels vivant en union de fait. Elle a eu pour effet de modifier toutes les lois québécoises et tous les règlements dans lesquels apparaît la notion de conjoint de fait afin d’y inclure les conjointes et les conjoints de même sexe, les rendant ainsi conformes au principe d’égalité promu par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec. Loi modifiant diverses dispositions législatives concernant les conjoints de fait, adoptée en 1999

Tant au Québec qu’au Canada, les conjoints de même sexe peuvent aujourd’hui se marier civilement comme les conjoints hétérosexuels. Ces deux lois permettent aux couples de même sexe vivant en union de fait, la possibilité d’officialiser leur relation tout en procurant aux membres du couple, des droits et obligations quasi identiques à ceux découlant du mariage.

La lutte contre l’homophobie

En 2009, le gouvernement du Québec adoptait la Politique québécoise de lutte contre l’homophobie. Le premier ministre de l’époque, Jean Charest, dans son mot d’introduction écrivait :

« Par cette politique, le gouvernement se donne la mission de lever les obstacles à la pleine reconnaissance de l’égalité sociale des personnes de minorités sexuelles, dans tous les milieux. Le message est clair : notre société gagne à s’ouvrir à la diversité sexuelle et à condamner l’intolérance à l’égard de celle-ci.

Le défi de la lutte contre l’homophobie est de taille, puisqu’il s’agit avant tout de combattre les préjugés, de changer les mentalités. Je suis cependant convaincu que nos efforts conjugués mèneront à l’atteinte des objectifs fixés par la présente politique. Je convie donc l’ensemble de nos institutions ainsi que les citoyennes et les citoyens du Québec à s’engager résolument dans le combat contre l’homophobie, duquel notre société ne peut que ressortir grandie. »

La politique comportait quatre orientations stratégiques :

  • Orientation 1 – Reconnaître les réalités des personnes de minorités sexuelles
  • Orientation 2 – Favoriser le respect des droits des personnes de minorités sexuelles
  • Orientation 3 – Favoriser le mieux-être
  • Orientation 4 – Assurer une action concertée

La politique s’est traduite dans un Plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011-2016 intitulé Ensemble vers l’égalité sociale. L’unité dans la diversité. Ce plan est né de la concertation de 11 ministères. Dans le mot des ministres, on pouvait lire :

« Ensemble, au cours des cinq prochaines années, nous intensifierons nos efforts afin d’améliorer la situation des personnes de minorités sexuelles. Qu’elles se traduisent par des mesures à grande échelle ou par de simples gestes au quotidien, les actions proposées dans ce plan d’action contribueront toutes à faire évoluer le Québec vers une société plus juste, plus tolérante et plus riche de sa diversité. Elles permettront aussi au Québec de maintenir sa position de chef de file en matière d’égalité sociale, et ce, au bénéfice des générations actuelles et futures. »

Le plan d’action proposait des mesures pour concrétiser les quatre orientations de la politique :

Priorité 1 – Reconnaître les réalités des personnes de minorités sexuelles

  • Objectif 1 – Sensibiliser et éduquer
  • Objectif 2 – Favoriser la recherche

Priorité 2 – Favoriser le respect des droits des personnes de minorités sexuelles

  • Objectif 1 – Promouvoir les droits
  • Objectif 2 – Soutenir les personnes dans l’exercice de leurs droits

Priorité 3 – Favoriser le mieux-être

  • Objectif 1 – Soutenir les victimes d’homophobie
  • Objectif 2 – Favoriser l’adaptation des services publics
  • Objectif 3 – Soutenir l’action communautaire

Priorité 4 – Assurer une action concertée

  • Objectif 1 – Coordonner l’action des institutions publiques
  • Objectif 2 – Encourager l’adhésion des instances locales et régionales et celle des autres partenaires du gouvernement

À ce jour, plusieurs éléments du plan d’action se sont concrétisés comme :

  • La mise sur pied du Bureau de lutte contre l’homophobie qui relève du ministère de la Justice et qui assure la coordination et la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental.
  • La Chaire sur l’homophobie dont le financement est renouvelé et qui est en voie d’obtenir une importante subvention du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada.
  • Le programme d’aide financière qui a soutenu des projets dans les écoles, les établissements de santé, les maisons de retraite.

Par la suite, le Bureau de lutte contre l’homophobie a produit le Bilan des réalisations du plan d’action gouvernemental de lutte contre l’homophobie 2011-2016 qui trace un portrait des réalisations du plan d’action au regard de l’atteinte des neuf objectifs qui étaient fixés (décris plus haut), et ce, au 31 mars 2016. Le Plan d’action constitue un jalon devant mener à la reconnaissance pleine et entière des personnes de minorités sexuelles, au respect de leurs droits, à leur soutien sur les plans institutionnel et communautaire et à l’amélioration des connaissances relatives à la diversité sexuelle.

Dès sa création, le comité a travaillé à la réalisation de plusieurs outils.


Page Facebook

C’est par cette page que le comité communique avec les affiliés de la FTQ. Lieu de partage d’information, d’événements, d’images, c’est là que la communauté GLBT de la FTQ est vivante et animée! Rejoignez-nous à l’adresse www.facebook.com/diversiteFTQ.


Certains comités des affiliés de la FTQ ont aussi des pages Facebook:


Dépliant : La FTQ en action pour une société sans discrimination

Ce dépliant reconnaît que la discrimination envers les gais et lesbiennes est une question syndicale. Il propose une démarche en cinq temps :

  • Contrer l’isolement
  • Ouvrir des espaces de dialogue et d’action syndicale
  • Adopter une approche préventive
  • Soutenir la négociation
  • Développer des alliances dans la communauté

Guide de sensibilisation sur les droits des personnes issues des communautés LGBTQIA+

Ce guide regorge d’information sur nos luttes et sur les droits obtenus à force de persévérance. Si l’égalité juridique est acquise, du moins en théorie, il reste encore à faire pour atteindre l’égalité sociale.

Téléchargez le Guide de sensibilisation sur les droits GLBT.


Qu’avez-vous fait depuis 5 ans?

Ce dépliant sur le don de sang pour les personnes homosexuelles fait suite à la résolution adoptée à l’unanimité au congrès de novembre 2013. Cette résolution vise deux objectifs :

  • Sensibiliser la population aux questionnaires imposés aux personnes qui veulent donner du sang et qui ont pour effet d’exclure des donneurs potentiels de sexe masculin s’ils ont eu des rapports sexuels avec un homme au cours des cinq dernières années.
  • Faire modifier les critères d’exclusion du don de sang afin que les comportements à risque soient ciblés et non l’orientation sexuelle des donneurs.

Les membres du comité utilisent le dépliant pour sensibiliser les gens à l’occasion des cliniques de sang organisées dans leur milieu de travail ou syndical.


Le Monde ouvrier

Le Monde ouvrier réserve de l’espace pour les questions qui touchent les GLBT à chacune de ses parutions.


Vidéos

Parce qu’une image vaut mille mots, le comité diffuse deux vidéos qui permettent de comprendre la réalité vécue par les personnes issues des communautés LGBTQIA+ au travail.

Ça s’améliore, 2012

Réalisée dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie, le 17 mai, cette vidéo présente le travail réalisé par les membres du comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre de la FTQ face aux défis de l’accession à l’égalité sociale. Deux membres du comité témoignent de leur parcours personnel et des difficultés rencontrées pour faire leur place au travail. Maintenant impliqués syndicalement, Richard et Line encouragent les travailleurs et travailleuses issus des communautés LGBTQIA+ à faire appel à leur syndicat quand ils sont victimes de discrimination et de harcèlement. Cette vidéo est disponible avec sous-titres en anglais.

La transsexualité dans nos milieux de travail, 2013

Le 30e congrès de la FTQ, tenu en novembre 2013, a été l’occasion pour le comité sur la diversité sexuelle, corporelle et de genre d’aborder l’enjeu de la transsexualité. À l’heure du dîner, dans une salle comble, deux militantes syndicales ont témoigné et démystifié la transsexualité devant un auditoire attentif et ému. Cette vidéo rapporte en quelques minutes l’essence du message partagé par Audrey et Patricia.

Festivités de la Fierté

Venez fêter avec nous et participez en grand nombre aux Festivités de Fierté Montréal.


Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie

 « À l’initiative de la Fondation Émergence, et pour la première fois au monde, une journée thématique consacrée à la lutte contre l’homophobie a été conçue et mise sur pied au Québec, le 4 juin 2003. Avec la complicité de partenaires, cette journée thématique nationale s’est élargie à l’échelle du Canada, de la France et de la Belgique. »

La Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie, a lieu chaque année le 17 mai. C’est un événement rassembleur et un moment de convergence des actions de lutte menées contre l’homophobie et la transphobie.  La Fondation Émergence fait la promotion de cette journée et invite les organisations comme les individus à souligner cet événement dans leur milieu. Pour plus d’information, visiter www.homophobie.org


Gala Arc-en-Ciel

Le Conseil québécois LGBT organise chaque année le Gala Arc-en-ciel. « Le Gala Arc-en-Ciel vise à récompenser la contribution exceptionnelle à la fois des groupes communautaires et des personnes de partout au Québec, particulièrement de celles et ceux qui ont marqué la communauté LGBT ainsi qu’à reconnaître le travail, l’implication et l’engagement de celles et de ceux qui ont déployé énergie et talent au bénéfice de la communauté LGBT d’ici. »