Métier: directeur musical et batteur

Métier: directeur musical et batteur

Photo: Eric Demers

La musique tatouée sur le corps!

«Les aspects que j’aime le plus de mon métier c’est de bien accompagner les artistes afin qu’ils soient à l’aise et confortables sur scène. C’est aussi d’avoir la chance de faire passer des émotions à travers la musique.» Et des artistes, Maxime Lalanne en a accompagné plusieurs sur scène au cours de sa carrière. «J’ai eu la chance de jouer notamment avec Marie-Mai, Marc Dupré, Ludovick Bourgeois, Dany Bédar et Dan Bigras.»

Le Monde ouvrier l’a rencontré dans le studio 42 de Radio-Canada avant sa pratique pour l’enregistrement de l’émission 1res fois animée par Véronique Cloutier. Maxime participe à cette aventure comme batteur, mais aussi en tant que directeur musical. «Je dirige le band et je m’occupe de faire le lien entre l’équipe de production et les musiciens.»


Métier: directeur musical et batteurC’est au primaire, dans un cours de flûte à bec, qu’il a découvert son intérêt pour la musique, mais c’est l’influence de son père, qui jouait lui-même de la batterie, qui a guidé Maxime Lalanne vers cet instrument. «En secondaire 2, je devais choisir un instrument dans l’harmonie de l’école et les histoires de jeunesse de mon père reliées à cet instrument ont probablement joué un rôle dans mon choix.» C’est ensuite au Cégep de Drummondville et de Saint-Laurent puis à l’UQAM et à l’université de Montréal qu’il poursuit ses études en musique.

— Maxime Lalanne, directeur musical et batteur


L’envers du décor

Bien que tout semble couler naturellement, un travail colossal de préparation entoure l’émission avant d’arriver sur vos écrans. «J’arrive au studio vers midi. On commence par une réunion d’équipe pour passer à travers le planning du spectacle. On répète ensuite chacun des blocs avec les artistes avant de prendre une pause pour le souper. L’enregistrement débute à 19 h pour se terminer vers 21 h. Ce sont de longues heures, mais quand on fait un métier qu’on aime, on ne voit pas passer le temps!» Maxime a également travaillé sur d’autres émissions télévisées comme Belle et Bum et Le Show du refuge.

Avec des amis musiciens, Maxime est également partenaire du réservoir audio, un studio d’enregistrement et de postproduction spécialisé en composition de musique originale et en mixage pour le cinéma, la télévision, la publicité et la réalité virtuelle.

«En dehors du temps de travail et de pratique, une grande partie de mon temps consiste à préparer le répertoire à jouer, à écrire les partitions et à préparer l’équipement. Il y a aussi pas mal de temps alloué à la gestion des projets.»

 

Article paru dans Le Monde ouvrier, no 125, mars-avril 2018.