Encart spécial du «Monde ouvrier» sur les élections provinciales 2018

Encart spécial du Monde ouvrier sur les élections provinciales 2018

Le 1er octobre prochain, nous souhaitons l’élection d’un gouvernement qui s’engagera résolument à promouvoir un régime de justice sociale, de dignité de la personne et de liberté démocratique.

C’est pourquoi la FTQ et ses syndicats affiliés, qui représentent ensemble plus de 600 000 personnes à travers le Québec, ont décidé d’interpeler les partis politiques à l’aide d’une plateforme électorale.

Cette plateforme électorale, adoptée lors du Conseil général de février dernier, contient 24 propositions pour améliorer les droits et les conditions de vie de la majorité des Québécois et des Québécoises. Il s’agit de propositions représentatives des revendications courantes de la centrale, par exemple l’augmentation du salaire minimum à 15$ l’heure ou le respect du droit à la libre négociation des conditions de travail.

Nous avons également pris la décision de solliciter les chefs des quatre partis représentés à l’Assemblée nationale afin qu’ils réagissent à nos propositions. Le Bureau de direction de la centrale a ainsi rencontré Jean- François Lisée en mars, François Legault en avril et Gabriel Nadeau-Dubois en mai. Quant à Philippe Couillard, il est attendu au mois de juin.

Un sondage du mois de mars dernier indiquait qu’une proportion d’environ 60% des répondants et répondantes disant songer à voter pour la CAQ pourrait changer d’idée avant le scrutin du 1er octobre. C’est une situation tout à fait normale. Dans les mois, semaines et jours précédant l’élection, les gens cherchent à s’informer avant d’arrêter leur choix. C’est pourquoi notre démarche a pour but de fournir aux membres une information obtenue de première main, dans le but de contribuer à leur réflexion.

Vous trouverez dans cet encart spécial du Monde ouvrier  trois sections: la liste des 24 propositions qui constituent la plateforme électorale de la centrale, les réponses de trois chefs de parti à ces propositions (PQ, CAQ, QS) et un rappel des décisions prises par le gouvernement libéral de Philippe Couillard que nous avons dénoncées au cours des dernières années.

Il est important de souligner qu’il est de plus en plus difficile de comparer les programmes des partis politiques lors des élections. En effet, ces derniers ont pris l’habitude de dévoiler leurs plateformes électorales au compte-goutte, à mesure que la campagne électorale avance, dans le but de maximiser la portée médiatique de chacune de leurs propositions. C’est pourquoi il nous a semblé plus approprié de comparer les réponses des chefs des partis aux revendications de notre propre plateforme.

Malheureusement, au moment de mettre sous presse, nous n’avions pas encore eu l’opportunité de rencontrer le chef des libéraux, Philippe Couillard. Celui-ci a accepté la rencontre, mais elle aura lieu plus tard en juin. De tous les chefs de parti en lice, il est celui qui porte le plus lourd fardeau puisqu’il doit défendre son bilan. Or, vous savez que nous faisons partie des groupes qui ont durement critiqué son gouvernement. Un rappel des décisions que nous avons critiquées se trouve d’ailleurs en page 4.

Malgré nos désaccords, nous croyons sincèrement qu’en 2018, le Parti libéral du Québec pourrait nous surprendre en s’engageant favorablement à l’égard de plusieurs de nos revendications. C’est pourquoi nous mettrons à jour le tableau présenté dans les deux pages suivantes dès que nous aurons eu une rencontre avec le chef du parti libéral. Pour le consulter: ftq.qc.ca/elections-quebec-2018.

Le président et le secrétaire général de la FTQ,
Daniel Boyer et Serge Cadieux