Crever de chaleur, pas question!

La FTQ lance la campagne Coups de chaleur

Montréal, le 7 juin 2021. – À l’approche de la saison estivale, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) lance ce lundi une campagne de sensibilisation aux coups de chaleur dans les milieux de travail. Chaque année, des dizaines de travailleurs et travailleuses sont victimes de chaleur intense que l’on appelle « coup de chaleur » parce que les mesures nécessaires n’ont pas été mises en place par l’employeur dans le milieu de travail. Ce n’est pas banal et les conséquences peuvent être dramatiques et peuvent aller jusqu’à la mort : défaillance de plusieurs organes (cœur, foie, reins), troubles de la coagulation, le coma et l’hyperthermie, voire même des problèmes neurologiques, musculaires et psychiques.

La campagne de la FTQ a pour but de sensibiliser les travailleurs et travailleuses aux risques des coups de chaleur et de leur rappeler les obligations de leur employeur à cet égard. Si aucune mesure de prévention n’est mise sur pied, la FTQ encourage les travailleurs et les travailleuses à porter plainte à la CNESST, responsable de faire une enquête dans de tels cas.

«Entre 1988 et 2020, c’est 14 confrères et consœurs qui sont décédés d’un coup de chaleur, c’est beaucoup trop. Une grande partie de nos membres se retrouvent dans les milieux les plus à risque comme les secteurs de la forêt, de l’agriculture, de la construction et des travaux publics. Il faut rappeler que 13 des 14 coups de chaleur mortels sont survenus au moment où ils travaillaient à l’extérieur. Il faut donc rester vigilants et ne pas hésiter à intervenir», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Mieux vaut prévenir que guérir

Plusieurs travailleurs et travailleuses reconnaitront leur milieu de travail : absence de circulation d’air, température élevée, humidité, travail soutenu physiquement, horaire de travail prolongé, mauvaise hydratation, etc. Si tel est le cas, il faut agir dès maintenant alors que nous vivons les premiers épisodes de chaleur intense. Mieux vaut prévenir que guérir! Cela veut dire adapter son rythme de travail, prendre des pauses à l’ombre, boire beaucoup d’eau même quand on n’a pas soif, porter des vêtements légers, se couvrir la tête lorsqu’on travaille à l’extérieur. « En temps de canicule ou de chaleur intense, votre employeur à l’obligation de vous permettre de travailler sans risquer un coup de chaleur, sans risquer votre santé. Si vous pensez qu’il ne fait pas tout ce qui est nécessaire ou qu’il est négligent et de mauvaise foi pour vous assurer un environnement de travail sécuritaire, surtout ne pas hésiter à le dénoncer et à contacter sans délai votre syndicat et la CNESST », conclut Daniel Boyer.

Pour porter plainte à la CNESST : 1 844 838-0808 Option 1.

Pour plus d’information: www.ftq.qc.ca/coups-de-chaleur.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.