Pourquoi la transition énergétique juste est-elle importante?

Sommet pour une transition énergétique juste

Lettre d’opinion de la CSN, de la FTQ, du Fondaction, de la Fondation David Suzuki, du Fonds de solidarité FTQ et de Greenpeace Canada, parue dans Le Devoir le 23 mai 2018.


La transition énergétique est inévitable. Il est nécessaire d’unir et de faire converger les efforts de tous et de planifier le changement pour éviter une crise sociale. Toutes les industries et toutes les personnes actives de notre société seront touchées.

Voilà pourquoi notre coalition d’organisations environnementales, financières et syndicales, dont la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Fondaction, la Fondation David Suzuki, le Fonds de solidarité FTQ et Greenpeace Canada, organise le Sommet pour une transition énergétique juste dans le but de lancer un appel à penser et à planifier une transition énergétique durable et juste pour tous et toutes.

Comment allons-nous entreprendre le passage d’une structure économique polluante à une économie faible en carbone, tout en assurant un traitement digne aux travailleurs, aux travailleuses et aux communautés concernés et en préservant la sécurité et la souveraineté énergétiques du Québec? Il nous faudra, c’est une évidence, penser à des mesures de soutien aux personnes et aux communautés touchées, réduire les sources de gaspillage, gagner en efficacité énergétique et réduire considérablement notre dépendance envers les hydrocarbures, au bénéfice des énergies renouvelables dont le Québec est généreusement doté.

Dans ce grand chantier économique et social, le gouvernement du Québec a un rôle essentiel et incontournable que lui seul peut assumer : assurer l’encadrement législatif, réglementaire, administratif, fiscal et budgétaire à l’intérieur duquel l’effort collectif pourra se déployer le plus efficacement. Des politiques industrielles innovantes, des programmes de formation et de transition pour la main-d’oeuvre des secteurs touchés par la transition, une fiscalité encourageant l’efficacité plutôt que le gaspillage ne peuvent venir que d’un gouvernement résolu et visionnaire.

Pour réussir cette transition énergétique et en tirer le meilleur parti pour l’ensemble de la société, pour placer notre économie sur la voie de la prospérité durable, le laisser-faire n’est pas une option. L’État et ses partenaires doivent jouer un rôle actif de premier plan.

Devant l’urgence d’agir, nous devons travailler en concertation. Le Sommet pour une transition énergétique juste rassemblera les forces vives du Québec économique, social et environnemental pour faire de cette transition majeure une grande réussite profitable à tous et à toutes. Cependant, pour entreprendre ce virage concrètement, il faudra que les autorités publiques emboîtent le pas.

Le Québec s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5 % d’ici 2030, mais les efforts sur le terrain progressent trop lentement pour atteindre cette cible. Il faut un plan de transition énergétique intégral, bâti de région en région de façon proactive. Pour le réaliser, nous voulons nous inspirer des Principes directeurs pour une transition juste vers des économies et des sociétés écologiquement durables pour tous proposés par l’Organisation internationale du travail.

Parce qu’une société démocratique repose sur la participation de tous les citoyens, nous appelons toutes les organisations de la société civile et du milieu des affaires à mettre en commun leur expertise autour de cet enjeu et à dessiner ensemble notre feuille de route afin de faire du Québec un modèle en matière de lutte contre les changements climatiques.

Nous interpellons aussi le gouvernement actuel et tous les partis politiques qui participeront à la prochaine élection générale, afin qu’ils précisent comment ils entendent planifier et engager une transition énergétique juste et profitable pour tous et pour toutes, dans les meilleurs délais.

Signataires

  • Jacques Létourneau, président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN);
  • Serge Cadieux, secrétaire général de la Fédération de travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ);
  • Léopold Beaulieu, président-directeur général de Fondaction;
  • Karel Mayrand, directeur général pour le Québec chez Fondation David Suzuki;
  • Gaétan Morin, président et chef de la direction du Fonds de solidarité FTQ;
  • Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie chez Greenpeace Canada