Le régime de retraite du secteur public en excellente santé, estime le Front commun

Montréal, le 29 avril 2015 – Avec un taux de capitalisation qui atteint maintenant 98,4%, le Front commun constate que le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) est en excellente santé financière et est pleinement en mesure de répondre à ses engagements actuels et futurs. C’est ce qui ressort de la plus récente mise à jour annuelle de l’évaluation actuarielle du RREGOP, dévoilée aujourd’hui par la Commission administrative des régimes de retraite et d’assurances (CARRA). Consultez la mise à jour.

« Avec les données publiées aujourd’hui, comment le gouvernement peut-il prétendre que la survie du régime est menacée? En voulant administrer une médecine de cheval au RREGOP, le gouvernement sème la panique parmi les employés du secteur public, qui sont de plus en plus nombreux à interpeler la CARRA ou encore leurs représentants syndicaux. Un nombre de plus en plus grand de personnes songe à prendre une retraite hâtive. Un tel exode accentuerait les pénuries de main-d’oeuvre que nous vivons et résulterait par une sérieuse perte d’expertise dans nos réseaux publics. Ceci aurait pour effet de menacer sérieusement la qualité des services publics offerts à la population », met en garde Carolle Dubé, porte-parole du SISP.

« Le président du Conseil du trésor voudrait procéder à des attaques sans précédent au régime de retraite de ses employés, souligne Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Les mesures proposées à la table de négociation auront le même effet: appauvrir les retraités du secteur public avec une diminution des rentes pouvant aller jusqu’à 30%, alors que la rente moyenne d’un retraité se situe à peine à 19 000 $ par année. Non seulement le gouvernement voudrait nous appauvrir maintenant en gelant nos salaires, il voudrait également nous appauvrir jusqu’à la fin de nos jours! » Rappelons qu’à la table de négociation, le Conseil du trésor demande d’augmenter de 5 à 8 ans la période de calcul de la rente, d’augmenter de 4% à 7,2% la pénalité actuarielle par année d’anticipation et de faire passer de 60 à 62 ans l’âge de la retraite sans pénalité actuarielle.

« Aucune donnée ni étude sérieuse ne permet d’affirmer que le RREGOP connait des difficultés. Au contraire, des projections sur les 15 prochaines années réalisées récemment indiquent que les probabilités que le taux de cotisation du régime demeure stable ou même diminue sont plus grandes que l’inverse. Le ministre Coiteux est-il en train de noircir la situation comme l’a fait son collègue, le ministre Moreau, dans le dossier des régimes de retraite municipaux? Rappelons que ce dernier avait surévalué de 50% le déficit des régimes de retraite municipaux pour justifier l’adoption de son projet de loi 3 », dénonce Daniel Boyer, président de la FTQ.

Le Front commun a à coeur l’état de santé du RREGOP et il continue d’y porter une attention constante, à l’aide des résultats fournis par les actuaires de la CARRA et autres spécialistes. Le RREGOP a d’ailleurs vu son taux de capitalisation s’améliorer, alors que celui-ci était de 94% en 2011 et de 96% en 2013.

« Le RREGOP est solide et en santé. Il constitue une composante importante de la rémunération globale des employées et employés du secteur public et les organisations membres du Front commun entendent défendre son intégrité avec vigueur », concluent les porte-parole syndicaux.

À propos
Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l’APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2015.