Accord sur le climat à Paris: entre espoir et déception

Manifestation de la société civile mondiale à Paris lors de la clôture des négociations sur le climat (COP21) le 12 décembre 2015.

Montréal, 14 décembre 2015 –  Samedi dernier, la communauté internationale a conclu un accord mondial visant à limiter le réchauffement climatique qui comporte des avancées importantes. La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) se réjouit de l’engagement final des États en faveur d’une cible à moins de 2 degrés pour le réchauffement climatique planétaire. Cependant, ayant participé de très près aux discussions qui ont eu lieu à Paris, la FTQ constate que cet accord manque d’ambition par rapport aux défis qui nous attendent. Évidemment, la participation d’environ 200 pays ayant des priorités parfois contradictoires explique en partie que l’accord ne va pas aussi loin qu’espéré.

Grâce aux pressions du mouvement syndical, la notion de transition juste fait maintenant partie du préambule du texte de l’accord. Soulignons également que l’équité intergénérationnelle, l’égalité entre les hommes et les femmes, le droit à la santé, les droits de la personne et des peuples autochtones sont également dans le préambule. De plus, un plancher de financement de 100 milliards de dollars américains sera accordé aux pays en voie de développement afin de les aider à faire face aux changements climatiques.

Les organisations syndicales ont joué un rôle majeur durant cette conférence sur le climat, et ce, autant pour les négociations que pour les activités de la société civile. « La mobilisation à Paris a vraiment été extraordinaire et elle doit continuer au Québec dans les prochaines semaines. Malgré l’adoption d’objectifs à long terme ambitieux, le gouvernement du Québec n’a toujours pas de plan concret. On ne trouve aucune mesure pour s’assurer que la transition soit juste pour les travailleurs et les travailleuses. Nous demandons au gouvernement d’entamer un dialogue le plus rapidement possible », a indiqué Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ.

La FTQ a fait partie du Collectif de la société civile québécoise à la COP 21 qui regroupait plus de 40 personnes provenant d’une vingtaine d’organismes. La délégation de la FTQ comprenait notamment le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, ainsi que plusieurs membres des syndicats affiliés de la FTQ dont le SEPB, les Métallos et l’AIMTA.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.

– 30 –

Source : FTQ

Renseignements : Atïm León, 514 891-2846