Rassemblement à l’UQAM : 100 jours de grève, 100 jours de mépris!

Le SÉTUE-UQAM souligne la 100e journée de grève lors d’un rassemblement de solidarité qui s’est tenu aux abords de l’UQAM..

Photo: Atïm León

Montréal, le 15 mars 2016 – Le Syndicat des étudiant-e-s employé-e-s de l’UQAM (SÉTUE-UQAM) a souligné aujourd’hui la 100e journée de grève lors d’un rassemblement de solidarité qui s’est tenu aux abords de l’UQAM. Pour l’occasion le SÉTUE a pu compter sur la présence de Daniel Boyer, président de la FTQ.

«Je suis venu soutenir les étudiantes et étudiants employés parce que ce conflit a assez duré. L’UQAM est un employeur, elle doit négocier de bonne foi. L’UQAM c’est également un milieu de vie et une institution importante qui traverse une période difficile. Or, son attitude avec les membres du SÉTUE ne fait rien pour améliorer les choses, au contraire, l’équipe dirigeante de l’université est en train de mettre en évidence son incapacité à faire face aux défis propres à la gestion de cette grande institution. Il faut que ça change!», s’est exclamé le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La demande principale du syndicat vise l’instauration d’un plancher d’heures pour les auxiliaires d’enseignement. Ce plancher, en plus d’assurer une sécurité d’emploi aux membres du SETUE, permet d’assurer que certains services essentiels à l’UQAM soient conservés, comme le tutorat et le monitorat, le soutien aux personnes en situation de handicap ou l’assistance des étudiantes et étudiants en laboratoire.

«Ce qu’on veut, c’est s’asseoir et discuter pour en arriver à une convention collective négociée de bonne foi par les deux parties,» souligne Chloé Fortin-Côté, porte-parole du SÉTUE.
Malgré le déclenchement de la grève il y a plus de trois mois, très peu de rencontres avec la partie patronale ont eu lieu. Pourtant, le SÉTUE reste disponible en tout temps à la négociation et souhaite parvenir à une entente satisfaisante dans les plus brefs délais.

Rappelons que les membres du SÉTUE sont sans convention collective depuis plus de deux ans. Les employé-e-s étudiant-e-s de l’UQAM ont déclenché le 7 décembre 2015 une grève générale, grève qui se poursuit à ce jour. Les membres du SÉTUE souhaitent améliorer leurs conditions de travail et leur qualité de vie.
Profil du SÉTUE

Le SÉTUE, section locale de l’AFPC-Québec, est un syndicat qui représente sur une base annuelle plus de 3000 travailleuses et travailleurs atypiques œuvrant à l’UQAM. Les membres occupent une variété d’emplois tels qu’auxiliaire d’enseignement ou de recherche, monitorat, démonstrateur, démonstratrice, placières et placier dans les salles de spectacle et les employé-e-s du stationnement.