La FTQ à la COP21: pour une transition juste

Délégation FTQ à la COP21 composée, de gauche à droite, de: Colin L'Ériger, Marc Glogowski, Johanne Deschamps, Simon Ménard, Serge Cadieux, Manon Bertrand, Pierre Tourville et de Patrick Rondeau (photographe pour l'occasion).

La deuxième semaine de la Conférence de Paris sur le climat (COP21) s’est ouverte aujourd’hui. Durant la première semaine, les négociateurs ont produit un texte avec l’ensemble des options disponibles qui feront l’objet d’un débat entre les différents élus du monde. Cette semaine sera critique pour l’atteinte d’un accord permettant de limiter le réchauffement climatique à un niveau ne mettant pas en péril nos écosystèmes et nos emplois. L’arrivée d’un nouveau gouvernement au fédéral marque un changement d’attitude important par rapport aux conservateurs rétrogrades de Stephen Harper. Malgré cela, il reste beaucoup de travail à faire.

Comme l’ensemble du mouvement syndical international, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) est présente à la conférence pour appuyer la lutte aux changements climatiques, faire valoir les intérêts des travailleurs et des travailleuses, s’assurer du respect des droits de la personne et garantir une transition juste.

La réduction des émissions des gaz à effet de serre (GES) aura des impacts majeurs sur les emplois puisque la majorité de ces émissions sont dues au travail effectué par tous les travailleurs et les travailleuses. C’est pourquoi les coûts de la transition doivent être assumés par l’ensemble de la collectivité et non seulement par ceux et celles qui œuvrent dans les industries dites polluantes. La transition juste ne constitue pas une option, mais une obligation morale.

Comparativement aux dernières négociations, les enjeux de droits de la personne et du travail ont pris une place très importante dans les discussions. De manière plus spécifique, il a été question de l’inclusion de la notion de transition juste dans le texte qui est en négociation. La FTQ va maintenir la pression sur les gouvernements afin qu’ils s’engagent à mettre sur pied un véritable plan de transition en collaboration avec le mouvement syndical. La FTQ souhaite une ouverture du gouvernement du Québec et est prête à se mettre au travail dès maintenant dans ce dossier.

La FTQ fait partie du Collectif de la société civile québécoise à la COP21 qui regroupe plus de 40 personnes déléguées par plus de 20 organisations différentes. La délégation de la FTQ comprend notamment le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux, ainsi que plusieurs membres des syndicats affiliés de la FTQ, dont le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB), le Syndicat des Métallos et l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA).