Yvette Charpentier 1901 - 1976

Yvette Charpentier, « la grande dame
des midinettes », a été toute sa vie une
militante engagée dans la lutte contre l’exploitation des travailleuses.

En septembre 1937, Yvette Charpentier, couturière, adhère à la section locale 262 de l’Union de la robe, affiliée à l’Union internationale des ouvriers du vêtement pour dames (UIOVD). En 1945, elle est élue à l’exécutif de l’UIOVD où elle devient par la suite responsable du Service de l’éducation. Yvette Charpentier a contribué à l’amélioration des conditions de travail des « midinettes ». À l’époque, en France, ce nom était donné aux couturières des ateliers des grands boulevards, envahissant les rues et les parcs à midi sonnant. Celles-ci n’avaient pas le temps de prendre autre chose qu’une dînette à l’heure du midi.

Yvette Charpentier avait commencé à coudre des robes à l’âge de 10 ans « pour pouvoir manger ». Elle passera toute sa vie dans l’industrie de la confection, comme ouvrière, syndicaliste et éducatrice syndicale. Dans les ateliers, les « coquerons » de la rue Sainte-Catherine, les conditions de travail étaient pitoyables : longues journées de travail, favoritisme et harcèlement sexuel, insalubrité et salaires de famine.

En 1970, après avoir travaillé sans relâche à améliorer le sort des ouvrières du vêtement, elle prend sa retraite. L’Union internationale des ouvrières du vêtement pour dames compte alors, en Amérique du Nord, plus d’un demi-million de membres qui n’ont plus peur de revendiquer leurs droits.