2003.04.22

2003.04.22

Un plan d’action FTQ contre les «ateliers de misère»

Au dernier congrès de la FTQ, la résolution no 88 a été adoptée pour que la centrale traite le dossier des «ateliers de misère» parmi ses priorités et appuie toute campagne entreprise au Québec pour les éliminer. Fin janvier,
la FTQ a organisé un mini-colloque sur ce fléau, en collaboration avec le Syndicat du vêtement, textile et autres industries (SVTI), pour mettre au point un plan d’action.

Le colloque a réuni une cinquantaine de personnes provenant notamment de différents syndicats de la FTQ, du Fonds de solidarité FTQ et du Congrès du travail du Canada. En fait, plus de vingt-cinq organismes, dont des associations étudiantes, le Centre international de solidarité ouvrière, Oxfam-Québec et Amnistie internationale ont participé au colloque de la FTQ.

Le secrétaire général, René Roy, et le vice-président de la FTQ, John Alleruzo, ont lancé les travaux de réflexion du colloque dont les objectifs étaient :

  • combattre la surexploitation qui se répand dans les «ateliers de misère» autant chez nous que dans les pays pauvres;
  • renforcer le réseau de solidarité avec les travailleurs et travailleuses du secteur de la confection de vêtements dans leur lutte contre ce fléau;
  • discuter d’un plan de campagne pour le Québec;
  • envisager la mise en place d’une coalition québécoise pour mener à bien la campagne.
  • Un consensus autour de l’action
    L’événement a été une réussite sur toute la ligne. La nécessité d’agir concrètement pour civiliser les conditions de travail dans les ateliers de misère a fait consensus. Chaque organisation préparera son propre plan d’action. Le moyen retenu : intervenir auprès des organisations privées et publiques qui achètent des uniformes pour leurs employés ou les étudiants et les inciter à adopter une politique visant à combattre l’exploitation, c’est-à-dire :

  • en respectant la législation du travail dans le pays où les produits sont fabriqués;
  • en respectant les normes internationales du travail reconnues par l’Organisation Internationale du travail (OIT).
  • Les membres du comité Solidarité internationale de la FTQ ont déjà organisé certaines actions dans leur syndicat respectif visant à faire adopter des codes de conduite par des employeurs lors de l’achat d’uniformes.

    La FTQ a mis sur pied un comité restreint qui verra à mettre en marche un plan d’action accompagné d’outils au cours du printemps. Pour plus d’information, vous pouvez communiquer avec les conseillers Gilles Paquette et André Leclerc au (514) 383-8000.

    Front commun

    Négociations du secteur public

    Tout savoir sur les négos!

    À DÉCOUVRIR!

    Outil de recherche en jurisprudence

    Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) |

    LE MONDE OUVRIER

    Consulter Le Monde ouvrier

    À VISIONNER

    L’éducation à la FTQ : 50 ans de solidarité

    Documentaire sur l'éducation syndicale