Maurice Hébert 1929 - 1988

Permanent régional en Abitibi-Témiscamingue de 1971 à 1988.

Pionnier du mouvement syndical en Abitibi-Témiscamingue et Nord du Québec, Maurice Hébert est né le 15 décembre 1929 dans le quartier St-Henri à Montréal. Employé du Canadien National, il devient délégué syndical et à 23 ans et il obtient un travail de représentant syndical pour le Congrès du travail du Canada (CTC) en 1961.

Il occupe plusieurs fonctions d’organisateur syndical, donne du service aux membres, agit comme arbitre de grief, formateur, directeur de grève. Il deveient représentant régional en 1971, en Abitibi-Témiscamingue. Il est très impliqué au niveau social, auprès des jeunes dans toutes sortes d’activités à caractère culturel, éducatif, sportif et social. De1971 à son décès en 1988, Maurice Hébert occupe le poste de représentant régional FTQ. Avec son arrivée en Abitibi-Témiscamingue, en collaboration avec les représentants et les syndicats, il met en place le Conseil régional du travail de l’Abitibi-Témiscamingue (CRTAT).

Parallèlement, il s’impliqua dans la création du village Vacances famille de Guérin, le premier au Québec. Il mit en place le journal « La voix des travailleurs », qui traitait des sujets concernant les droits des travailleurs et travailleuses. Il a participé à plusieurs émissions de télévision abordant des sujets touchant les plus démunis tels que chômage, aide sociale, normes minimales, santé et sécurité, développement, etc. Il a aussi été élu maire de Bellecombe.

Toujours prêt à rendre service, Maurice Hébert a contribué au développement et à la promotion du mouvement syndical par ses actions tant au niveau local que régional. Par sa ténacité, il a su transmettre aux générations futures ses profondes convictions de solidarité, de respect, de partage et d’entraide. Un prix a été établi à son nom. Le prix Maurice Hébert vise à reconnaître un membre actif ou retraité d’une section locale affiliée, un syndicat ou un événement de la région d’Abitibi-Témiscamingue et Nord-du-Québec.