Les dirigeants

Roger Provost 1911-1964


M.Roger Provost Premier président de la FTQ (1957-1964) En 1957, Roger Provost organise le mouvement de solidarité avec les mineurs en grève à Murdochville. En 1964, il dirige avec succès la bataille pour les droits à la syndicalisation et à la grève dans les secteurs public et parapublic.

Roger Provost sera tour à tour journaliste, employé de banque (il tentera de syndiquer la Banque canadienne Nationale en 1942) et inspecteur d’assurances. Représentant de l’Union des chapeliers en 1947, il est élu en 1948 secrétaire du Conseil des métiers et du travail de Montréal(CMTM). En 1950, il est élu président de la Fédération provinciale du travail du Québec (FPTQ). En 1952, il devient directeur québécois des Ouvriers unis du textile d’Amérique (OUTA) et directeur canadien l’année suivante.

Le 16 février 1957, il devient le premier président de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), née de la fusion de la FPTQ et de la FUIQ. Il est aussi élu vice-président du CTC. Membre fondateur du NPD et du comité de direction provisoire à compter de 1958, il demeurera président de la FTQ jusqu’à son décès le 20 octobre 1964.

Louis Laberge 1924-2002


M. Louis Laberge Président de la FTQ de 1964 à 1991 et président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ. Pendant ses 27 années à la présidence de la FTQ, Louis Laberge a profondément marqué le mouvement syndical et la société québécoise. À sa mort, en 2002, il a été salué par tous comme un des grands leaders du 20e siècle au Québec.

Machiniste à Canadair dès l’âge de 19 ans, Louis Laberge deviendra en 1948 représentant de la loge 712, de l’Association internationale des machinistes(AIM). À la mort de Roger Provost en 1964, il le remplace à la présidence de la FTQ et comme vice-président du CTC. En 1972 et 1973, lors de la lutte du Front commun du secteur public québécois, il est incarcéré durant cinq mois à la prison d’Orsainville pour outrage au tribunal.

En 1983, Louis Laberge devient le président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ. En 1990, il annonce le projet de construction du complexe FTQ qui regroupera la centrale, ses syndicats affiliés et le Fonds de solidarité. L’édifice sera inauguré en 1993.

Le 1er juin 1991, il quitte la présidence de la FTQ mais demeure président du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ jusqu’en 1993. Il est décédé le 18 juillet 2002.

Gérard Rancourt 1917-1970


Gérard Rancourt Premier secrétaire général de la FTQ (1965-1968)Gérard Rancourt devient, en 1944, organisateur du Parti social-démocrate(CCF) au Québec. En 1947, il milite au Syndicat des travailleurs unis du vêtement d’Amérique, puis à l’Union des ouvriers du textile d’Amérique, dont il devient le directeur au Québec. Élu à l’exécutif du Conseil du travail de Montréal (CTM), il contribue à fonder ceux de Saint-Jean-sur-Richelieu et de Joliette. Il est membre fondateur de la Fédération des unions industrielles du Québec, en 1952.

De 1956 à 1965, il s’occupe de l’expansion du CTM, dont il est le secrétaire. Élu secrétaire général de la FTQ en 1965, il quittera ce poste en 1968 à la suite de son élection à la vice-présidence du Congrès du travail du Canada(CTC).

Gérard Rancourt a été président du Comité ouvrier des droits de l’homme du Québec et a participé à la campagne pour l’institution d’une taxe scolaire basée sur le revenu.

Claude Mérineau 1930-


M. Claude Mérineau Secrétaire général de la FTQ (1968-1969). Né le 4 décembre 1930 à Montréal, Claude Mérineau fait ses études à l’Université de Montréal, à la Faculté des sciences sociales. Il a commencé à oeuvrer dans le mouvement syndical en 1952. Il était alors l’adjoint de Roger Provost au sein du syndicat des Ouvriers unis du textile d’Amérique.

De 1952 à 1968, il sera représentant de divers syndicats affiliés à la FTQ présents dans plusieurs secteurs de l’économie : les Ouvriers unis du textile d’Amérique, le Syndicat des Teamsters, le Syndicat international de la boulangerie-confiserie et, finalement, le Syndicat canadien de la fonction publique. En 1968, il est élu secrétaire général de la FTQ.

En 1969, il devient directeur général des relations patronales-ouvrières au ministère québécois du Travail, où il est ensuite promu sous-ministre adjoint.

Fernand Daoust 1926-


M. Fernand Daoust Président de la FTQ(1991-1993) après en avoir été le secrétaire général pendant 22 ans (1969-1991). Reconnu pour son grand dévouement à la cause du français, Fernand Daoust a été l’un des plus grands artisans de l’autonomie de la FTQ au sein du CTC.

Après des études en sciences économiques et en relations industrielles à l’Université de Montréal, Fernand Daoust entrera en 1950 au Syndicat des chapeliers puis au Congrès canadien du travail (CCT). En 1959, il est conseiller au Syndicat des travailleurs des industries pétrolières, chimiques et atomiques. En 1968, il devient directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique(SCFP).

En 1969, il est élu secrétaire général de la FTQ, après en avoir été viceprésident pendant cinq ans. Son engagement en faveur de la souveraineté du Québec, de l’éducation et de la langue française comme langue de travail et comme langue nationale au Québec marqueront sa carrière. En 1984, il a été responsable de la création du Service de la francisation de la FTQ qui oeuvre sans relâche à la francisation des milieux de travail.

En 1993, il devient président du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ, dont il était secrétaire depuis sa fondation.

Clément Godbout 1939-


M. Clément Godbout Directeur québécois du Syndicat des Métallos(1981 à 1991), secrétaire général de la FTQ (1991-1993), puis président de la centrale (1993-1998) Clément Godbout a largement contribué à l’enracinement de la FTQ dans les régions du Québec. Il a aussi attribué une grande importance au dossier de la santé et de la sécurité du travail.

Embauché en 1958 comme mineur de la Noranda, à Normétal, Clément Godbout deviendra en 1961 secrétaire financier de sa section locale 4514 des Métallos. Permanent des Métallos depuis 1965, il en deviendra le directeur pour le Québec et les provinces de l’Atlantique en 1981. À ce titre, il a siégé au comité exécutif nord-américain des Métallos et a occupé le poste de vice-président à la FTQ. Il a aussi été président de deux Conseils régionaux, dans le Nord-Ouest québécois et sur la Côte-Nord. Il a été candidat du Parti Québécois dans le comté de Duplessis en 1973.

Élu secrétaire général de la FTQ en 1991 puis président, de 1993 à 1998, il a été membre du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ dès sa fondation, en 1983. Clément Godbout a représenté la FTQ au conseil exécutif de la CISL et a participé à plusieurs conférences syndicales internationales en Europe, en Afrique et en Asie.

Henri Massé 1946-


M. Henri Massé Henri Massé a été président de la FTQ de 1998 à 2007. Il en a auparavant été le secrétaire général pendant cinq ans.

Avant d’être élu à la direction de la FTQ, il était directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique(SCFP), où il a beaucoup contribué à compter de 1969 à bâtir une solide organisation dans le secteur public et dans le secteur municipal, entre autres.

Henri Massé est également un grand défenseur de l’autonomie de la FTQ et un fervent promoteur de la formation syndicale. Il est détenteur d’un baccalauréat en relations industrielles de l’Université de Montréal.

René Roy 1946-


M. René Roy René Roy est secrétaire général de la FTQ depuis 1998. Il a obtenu son diplôme de technicien en électricité à l’Institut de technologie de Trois-Rivières en 1968 et est reconnu conseiller en relations industrielles en 1984.

Membre fondateur du syndicat chez Bell Canada dans les années 1970, il sera élu en 1979 viceprésident du Syndicat des travailleurs et travailleuses en communication et en électricité du Canada(STCC). En 1987, il a été élu vice-président de la FTQ, poste qu’il a occupé pendant onze ans.

Monsieur Roy est membre depuis 1990 du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ. Il est également membre du comité exécutif et secrétaire du conseil d’administration du Fonds depuis 1998 et il est président du Conseil sectoriel des investissements technologiques.

Il siège aux conseils d’administration d’Emploi Québec, d’Investissement Québec, de l’Université du Québec à Montréal et représente la FTQ à l’Office québécois de la langue française de même qu’à la Commission des partenaires du marché du travail.

René Roy a été un artisan important dans la création du Collège FTQ-Fonds de solidarité tout en suivant de près les activités et le développement des Conseils régionaux de la FTQ.

Michel Arsenault 1951-


Photo de Michel Arsenault Originaire de la péninsule gaspésienne, Michel Arsenault a travaillé comme électricien chez Mines Gaspé.

En 1974, à l’âge de 23 ans, il est élu président de la section locale 6086 du Syndicat des Métallos à Murdochville.

En 1978, il est nommé permanent du Syndicat des Métallos pour la région de Montréal. Il a notamment été affecté aux dossiers de la section locale 7625. Quelques mois plus tard il déménage à Sept-Îles et en 1984, devient coordonnateur de la région de la Côte-Nord, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, toujours pour les Métallos. Il a, entre autres, la responsabilité de négocier les conventions collectives des mines de fer et titane de la Côte-Nord.

En 1989, il assume les fonctions de coordonnateur de la région de Québec et, en 1994, devient coordonnateur de la Rive-Sud de Montréal.

De janvier 1996 à décembre 2000, il occupe le poste d’adjoint au directeur national du Syndicat des Métallos pour le Canada, au bureau de Toronto. Le 12 décembre 2000, il devient directeur québécois du Syndicat des Métallos.

Michel Arsenault a également occupé les postes de vice-président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), de membre du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ, de membre du conseil d’administration de la Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec (CSST), et enfin de membre du conseil d’administration du Conseil canadien du commerce et de l’emploi de la sidérurgie (CCCES).

Il détient également un diplôme d’études supérieures spécialisé en relations de travail de l’Université du Québec.

Michel Arsenault a été élu au poste de président de la FTQ, à l’issue du 28e Congrès triennal de la centrale, le 30 novembre 2007.