1er mai 2022

Le 1er mai, en marche Pour vivre comme du monde

Cette année fut marquée par l’augmentation importante du coût de la vie des ménages québécois. On n’a qu’à penser au prix de l’essence, au prix des logements et à celui du panier d’épicerie. Ce ne sont que quelques exemples qui font que beaucoup trop de travailleurs et travailleuses peinent à joindre les deux bouts.

Pendant ce temps, les salaires stagnent et le salaire minimum ne permet toujours pas de se sortir de la pauvreté. C’est dans ce contexte que les membres de la Coalition du 1er mai ont voulu cette année marcher sous le thème Pour vivre comme du monde à l’occasion de la traditionnelle marche du 1er mai. Une marche aura lieu à Montréal et plusieurs autres activités auront lieu dans les régions du Québec.

Activités

Grande marche – 1er mai – Départ : 13 h

  • Point de rencontre : Métro Atwater au Square Cabot (angle Sainte-Catherine Ouest et Atwater)

Marche et activités familiales – 1er mai – de 10 h à 14 h

  • Où : Parc Antonio-Barrette à Joliette (coin Notre-Dame et Beaudry Sud)
    • 10 h : rassemblement
    • 11 h : marche
    • 12 h dîner (cantine mobile) et activités familiales (jeux gonflables, tam tam)

Communiquer avec votre conseil régional pour savoir quelles sont les activités dans votre région.

Pourquoi pour vivre comme du monde?

Bénéficier d’un emploi stable à un salaire décent devrait être un droit et non un privilège. Encore aujourd’hui au Québec, trop d’hommes et de femmes peinent à joindre les deux bouts. Cette précarité financière résulte des faibles salaires offerts dans de trop nombreux secteurs d’activités et également en raison d’une grande difficulté à compter sur des emplois stables. Il est temps que tous les travailleurs et travailleuses qui occupent ces emplois, même celles et ceux au bas de l’échelle, puissent recevoir un salaire qui leur permette de vivre dignement!

Des charges de travail plus humaines, des périodes de repos suffisantes et l’accès réel à une conciliation travail-famille-vie personnelle doivent être à la base des conditions de travail. La pandémie a été révélatrice à cet effet ; pouvoir compter sur des travailleuses et des travailleurs en santé, c’est essentiel! Tant la santé physique que la santé mentale doivent être mieux protégées. Il est grand temps de favoriser des milieux de travail psychologiquement plus sain et plus sécuritaire. Pour y arriver, il faut avoir accès à des emplois de qualité qui sont empreints de respect où le dialogue est possible.

Le respect des droits de la personne doit être mis au cœur des politiques publiques et des choix économiques. Ces droits ne peuvent être malléables et négociables au gré des humeurs politiques et économiques. Comment se fait-il que les inégalités ne cessent de s’accroître? Que font nos politiciens? Que l’on pense au droit au travail, à la protection sociale ou à l’éducation, un meilleur respect de l’ensemble des droits économiques et sociaux est urgent!