Thème: Secteur public

« C’est clair : certaines corrections doivent être apportées au projet de loi. » — Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ — Denis Bolduc, secrétaire général du SCFP-Québec

Montréal, le 20 février 2014. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) ont pris connaissance du projet de loi déposé ce matin par la ministre Agnès Maltais sur la restructuration des régimes de retraite dans le secteur municipal. Pour les secrétaires généraux, Serge Cadieux de la FTQ et Denis Bolduc du SCFP-Québec, plusieurs des éléments contenus dans le projet de loi appuient ce que nous défendons aux tables de négociation alors que d’autres remettent carrément en cause les principes mêmes de la libre négociation. Il y a de quoi s’inquiéter. La FTQ et le SCFP présentent leurs premières réactions, sous réserve d’une analyse plus approfondie. « Tout d’abord, a commenté Serge Cadieux, l’obligation faite aux parties de produire une évaluation actuarielle préalablement à tout exercice de restructuration des régimes de retraite nous apparait comme une condition de base essentielle. Selon une étude de la firme Mercer publiée en janvier dernier, il y a maintenant près de 40 % des régimes de retraite qui sont pleinement capitalisés, comparativement à 6 % au début de l’année 2013. Il est donc primordial d’avoir les données les plus récentes avant de procéder aux travaux. » Lire la suite

2014.01.17

Le Conseil du trésor fait du surplace

Montréal, le 17 janvier 2014. – Le mardi 14 janvier, les représentants de la CSN, de la FTQ, de la CSQ et du SFPQ rencontraient le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, pour discuter du dossier des ouvriers spécialisés du secteur public. Les travaux du groupe de travail mis en place en 2010 ayant mené à un rapport sans aucune recommandation conjointe, l’intersyndicale souhaitait présenter au ministre ses pistes de solution. Sur l’enjeu de la rémunération, le Conseil du trésor s’est montré intraitable. Malgré les dernières données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) qui font état d’un écart salarial important (environ 34 %) entre le secteur privé et le secteur public, le ministre Bédard refuse toujours de reconnaître le lien de causalité entre la rémunération et les problèmes d’attraction-rétention des ouvriers spécialisés dans les établissements publics. « Nous avions des attentes légitimes face à cette rencontre. Nous voulions en sortir avec des engagements concrets du Conseil du trésor pour la reconnaissance des travailleurs. Puisque ce n’est pas le cas, nous ne pouvons qu’être déçus », ont déclaré les porte-parole syndicaux. « Cependant, nous avons bien entendu le ministre lorsqu’il s’est dit prêt à intervenir auprès des responsables des réseaux pour favoriser une meilleure utilisation de la main-d’œuvre dans les établissements. L’intersyndicale demande au Conseil du trésor d’envoyer un message clair pour que cesse la sous-traitance. » Lire la suite