Une semaine de manifestations du réseau de la santé en Abitibi-Témiscamingue

Les employés du réseau de la santé de la région de l’Abitibi-Témiscamingue, membres du Conseil provincial des affaires sociales (CPAS) du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) tiennent cette semaine une série de manifestations afin de faire connaître leur mécontentement face à la lenteur des négociations pour le renouvellement de la convention collective dans le secteur public. La convention collective des employés du secteur public est échue depuis le 31 mars dernier.

«Ce qu’on veut dire au gouvernement, c’est qu’on est insatisfaits des offres qu’ils nous font. On veut avoir de vraies négociations. Il y a eu 31 rencontres à ce jour, sans débouchés significatifs», a déclaré Paul-André Clermont, vice-président du Conseil provincial des affaires sociales en Abitibi-Témiscamingue Nord-du-Québec.

Les 14 et 15 septembre, les syndiqués ont manifesté respectivement à Ville-Marie et à Témiscamingue. Aujourd’hui, ils étaient nombreux à Rouyn-Noranda. Jeudi et vendredi ils seront respectivement à Amos et à Val-d’Or.

En guise de solidarité avec les plus démunis, les syndiqués feront un don de 1$ par membres du SCFP, dans les régions des manifestations, à l’organisme de charité Centraide.

Les autres centrales syndicales sont d’ailleurs invitées à ces manifestations. Réunis en Front commun pour cette négociation, les quelque 800 syndicats des secteurs public et parapublic sollicitent un mandat de grève auprès des 400,000 employés de l’État québécois.

Le Front commun intersyndical demande un rattrapage salarial pour les employés du secteur public par rapport aux autres travailleurs du Québec, réclamant 13,5% d’augmentation, étalée sur trois ans. Le gouvernement, de son côté, propose un gel salarial de deux ans et des augmentations de 1% pour chacune des trois années suivantes.

The post Une semaine de manifestations du réseau de la santé en Abitibi-Témiscamingue appeared first on Syndicat canadien de la fonction publique.