Privatisation de la maison Radio-Canada: les efforts du SCFP portent fruit

Suite aux nombreuses actions menées par le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) auprès de la direction de Radio-Canada et de la ministre du Patrimoine, Shelly Glover, la société d’État a annoncé aujourd’hui que la vente au privé de la Maison Radio-Canada est suspendue et que l’offre d’achat de Média Cité, consortium mené par Busac inc, a été rejetée.

«Nous faisons pression depuis le début pour que le conseil d’administration de Radio-Canada fasse marche arrière quant à son plan de vendre la MRC au privé», a expliqué Pierre-Guy Sylvestre, économiste et responsable du dossier anti-privatisation au SCFP-Québec. «Que la direction cherche à vendre ses biens immobiliers pour ensuite devenir locataire, c’est une honte, mais qu’on ait essayé de la vendre sans concurrence, aux promoteurs de l’Îlot voyageur, c’était une gifle en pleine figure.»

En plus de déposer une plainte au Bureau de la concurrence, de soumettre des demandes d’accès à l’information et d’apostropher la ministre Glover au comité permanent du patrimoine canadien à Ottawa, le SCFP avait obtenu des documents confidentiels destinés au CA de Radio-Canada qui montraient que la direction de Radio-Canada allait de l’avant avec une location-bail, sans savoir quels étaient les avantages financiers de procéder de la sorte.