Première journée au Conseil canadien d’Unifor

Sortir Harper du décor!

On peut dire sans hésitation que c’était le slogan du jour! La journée a débuté par l’allocution de Daniel Boyer, président de la FTQ qui a appelé la délégation d’Unifor à défaire Harper dans un plaidoyer convaincant.

Le confrère Jerry Dias, président d’Unifor a lui aussi martelé un message sans équivoque alors qu’il a appelé les membres à mettre le gouvernement conservateur dehors. Rappelant la longue liste des attaques que ce gouvernement a faites contre les travailleuses et travailleurs de la classe moyenne, le président a insisté sur l’importance de sortir le vote le 19 octobre prochain en choisissant stratégiquement la candidate ou le candidat qui a le plus de chance de battre les conservateurs.

Femmes en politique

Un panel de trois femmes inspirantes dont les députés, Megan Leslie et Ruth Ellen Brosseau ainsiq que la directrice exécutive de l’organisme « À voix égales » ont témoigné afin d’encourager les femmes à s’impliquer non seulement en politique, mais tout autant dans le monde syndical qui est un lieu de formation idéal.

Le directeur québécois Renaud Gagné appelle lui aussi à la mobilisation contre les attaques à l’endroit des travailleuses et travailleurs tant à Ottawa qu’à Québec

Renaud Gagné a fait état des dossiers d’actualités d’Unifor au Québec. Il a notamment raconté le difficile conflit de travail chez Delastek. « Nous sommes confrontés à l’intransigeance d’un employeur qui ne veut pas respecter la juridiction syndicale. Nous avons besoin de vous toutes et tous et de votre solidarité », a-t-il souligné.

Il a par la suite expliqué les nombreux défis auxquels les membres d’Unifor au Québec font face par exemple celui des retraités. Deux grands dossiers ont été d’actualité cette année à cet égard, d’une part la conclusion de la saga des régimes de retraite de White Birch et d’autre part, celui des retraités de MABE qui ont vu leurs fonds de pension attaqué.

Il a aussi fait référence à la campagne contre l’austérité qui a été mise en place en collaboration avec la FTQ en place pour combattre les politiques du gouvernement Couillard qui s’attaque aux services publics à plusieurs niveaux et impose des mesures d’austérité sans précédent.

Tout comme ses collègues l’ont fait ce matin, le confrère Gagné a appelé les déléguées et délégués à voter le 19 octobre prochain. « C’est primordial que nous arrivions à battre le gouvernement conservateur », a-t-il indiqué.

« Je suis élu depuis peu, le poste de directeur québécois comporte de nombreuses responsabilités et j’ai bien l’intention de les assumer avec énergie et engagement. Je le ferai en restant proche de la base, proche de vous et des travailleuses et travailleurs pour bâtir une société plus juste et équitable », a-t-il conclu.

En dernier lieu, le dirigeant syndical a tenu à remercier des dirigeants maintenant à la retraite qui ont travaillé d’arrache-pied à bâtir Unifor : Line Brisson, Joseph Gargiso et Michel Ouimet.

Autres items à l’ordre du jour
Une allocution du général Roméo Dallaire a aussi été très bien accueilli ce matin alors qu’il a rappelé la dure réalité dans plusieurs pays du monde.

Les déléguées et délégués ont aussi adopté une importante reocmmandation sur l’implication d’Unifor dans la campagne électorale de mème qu’une autre en appui aux travaux de la Commission de vérité et réconciliation.

Belle marche dans les rues de Montréal

Le Vieux-Montréal a reçu la visite de la délégation qui a scandé des slogans appelant à défaire le gouvernement Harper. La manifestation avait deux volets, d’une part marquer notre détermination à se défaire des conservateurs à Ottawa et aussi, appuyer les membres d’une section locale d’Ottawa qui ont été mis en lock-out par leur employeur, la compagnie Garda.