Pacte fiscal 2016-2019 - Une attaque frontale contre le droit à la négociation

Aujourd’hui, le directeur adjoint du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) au Québec, Marc Ranger, et le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), Daniel Boyer, ont sonné l’alarme sur la dévalorisation des employés municipaux et de l’expertise interne des municipalités. Selon eux, en voulant affaiblir radicalement le droit à la négociation dans les municipalités, le gouvernement du Québec diminuera grandement la capacité des villes à livrer elles-mêmes des services et à effectuer elles-mêmes des travaux.

Cet affaiblissement déplacerait exagérément l’expertise vers les sous-traitants et rendrait les municipalités encore plus vulnérables à la collusion et à la corruption.

Ils réagissaient ainsi aux attaques contre le droit à la négociation des conditions de travail des employés municipaux, évoquées dans le cadre de la négociation du « pacte fiscal 2016-2019 » entre le gouvernement du Québec et les maires.