Pacte fiscal 2016-2019 - La colère gronde dans le Bas-Saint-Laurent

Les représentants du monde municipal dans le Bas-Saint-Laurent, Laurie Savard, vice-présidente du Conseil provincial du secteur municipal (CPSM) et Yannick Proulx, président régional FTQ, ont vivement exprimé leur désir d’utiliser les recours nécessaires pour faire obstacle à ce qu’ils qualifient de dérive démocratique

Ils réagissaient ainsi à l’attaque contre la liberté de négociation des conditions de travail des employés municipaux, prévues dans le «pacte fiscal 2016-2019» entre le gouvernement du Québec et les municipalités du Québec. Les maires membres de l’Union des municipalités du
Québec (UMQ) ont accepté ce pacte à 80% avant-hier soir à Lévis.

Les mesures d’austérité ont amené une réduction de 350 millions de dollars que le gouvernement versait aux municipalités, et en retour, le gouvernement leur donne le droit absolu de décréter les conditions de travail de leurs employés municipaux.

«Déjà la loi 15, contestée devant les tribunaux, permet aux municipalités de piger dans les régimes de retraite négociés librement, voilà maintenant qu’ils s’en prennent à nous en bafouant à nouveau notre droit constitutionnel de pouvoir négocier librement», de déclarer Laurie Savard du CPSM.