Impasse dans les négociations au Journal de Montréal

Montréal, le 3 juin 2015 – Après six séances de négociations, rien ne va plus entre la direction du Journal de Montréal et la section locale 1000 d’Unifor qui représente les conseillères et conseillers publicitaires et les représentantes et représentants internes affectés à la télévente du journal. Malgré plusieurs tentatives du syndicat pour en arriver à une entente, la direction demeure inflexible et a rejeté toutes les demandes d’améliorations du système de rémunération, tant des conseillers publicitaires que des représentants internes.

Rappelons que les membres du groupe de la publicité travaillent à pleine commission et les représentants et représentantes internes ont un salaire de base plus un système de commissions pour les ventes publicitaires. Le représentant national d’Unifor Jean-Pierre Gallant a pour sa part mentionné que « l’enjeu des présentes négociations n’est pas tant d’augmenter les revenus des conseillers publicitaires que d’éliminer des irritants contre-productifs. Nous voulons aussi enchâsser dans la convention un certain nombre de bonifications discrétionnaires. Quant aux gens de la télévente, il s’agit d’indexer leur salaire de base au coût de la vie ».

Face à cette impasse, le syndicat a demandé au ministère du Travail de nommer un conciliateur dans le dossier. « Nous espérons ainsi en arriver à une entente de gré à gré et non pas sur une convention signée avec le couteau sur la gorge, comme ce fut trop souvent le cas dans le passé », a conclu le représentant national. 

À propos d’Unifor

Fondé en août 2013, Unifor a été créé par la rencontre du Syndicat canadien des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) et des Travailleurs canadiens de l’automobile (TCA). Le syndicat représente plus de 305 000 membres au Canada, dont près de 55 000 au Québec. Unifor est aussi affilié à la plus grande centrale syndicale québécoise, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ).