Déclenchement des moyens de pression au Manoir Richelieu

  • Imprimer

Québec, le 16 mai 2015 – Les quelque 180 employés de la restauration et de la cuisine du Fairmont Manoir Richelieu entreprendront dès le 16 mai des moyens de pression visibles en appuis avec leur comité de négociation.

Dans un premier temps, ces moyens de pression se limiteront au non-respect du code vestimentaire et au port de macarons, rien qui pourra nuire au service à la clientèle. Les employés expriment ainsi leur mécontentement et leur indignation devant le manque de respect et de considération qu’ils ressentent face aux agissements de leur employeur et devant la détérioration constante de leurs conditions de travail.

Ils renouvellent ainsi leur demande afin que leur employeur assouplisse ses positions jugées abusives et qu’il bonifie ses offres monétaires.

Rappelons que les offres patronales prévoient des hausses salariales de 0,5 % par année pour les employés à pourboire et de 1 % par année pour les employés sans pourboire ainsi qu’une convention de sept ans.

Cette situation arrive au terme d’une douzième rencontre de négociation et alors que les parties ne s’entendent toujours pas sur les horaires d’été à la cuisine et l’ensemble des clauses à incidence monétaire, dont les salaires.

Sans contrat de travail depuis le 31 décembre dernier, ces employés affiliés à la section locale 503 des TUAC Canada avaient rejeté à 96 % les propositions patronales en plus d’accorder un mandat de grève dans une proportion de 89 % lors d’assemblées générales tenues le 28 avril dernier.

Une rencontre de négociation aura lieu mardi 19 mai. Elle portera sur les points en litige.