Conférence 2015 sur l’industrie de la maintenance-réparation-révision (MRO)

Par Carlos DaCosta

Au cours des 20 dernières années, l’impartition de travaux par les lignes aériennes s’est accélérée très rapidement. Nous savons que nombre de lignes aériennes ont déjà confié leurs travaux de révision majeure à des sous-traitants et envoyé d’autres travaux de réparation vers des pays où les salaires sont beaucoup plus bas et les lois du travail, beaucoup moins contraignantes. Aujourd’hui, l’accent est mis sur la maintenance en cours de service, autrement dit, sur la maintenance en ligne!

Asie :

Aujourd’hui, l’Asie compte une population de 7 milliards de personnes qui, selon les prévisions démographiques, devrait atteindre 9 milliards d’ici 2035. Cependant, 65 % des entreprises de MRO dans cette région du globe éprouvent des difficultés et peinent à croître. D’ici 2025, nous serons témoins d’un déplacement majeur une fois que les entreprises se seront améliorées et auront réglé leurs problèmes.

Parmi les principaux enjeux dans la région figurent la consommation de carburant et d’eau. La visée est l’atteinte d’une croissance durable par l’efficacité et la technologie. La demande de transport aérien en Asie est plus grande que celle en Amérique du Nord et au sein de l’Union européenne. Par conséquent, le nombre de transporteurs à faibles coûts (TFC) continuera d’augmenter.

De plus, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) devra dorénavant aborder la question des préoccupations environnementales liées à la croissance des lignes aériennes.

Lignes aériennes :

L’industrie redéfinit le succès d’une ligne aérienne. Dans le passé, nous comptions dix lignes aériennes majeures; aujourd’hui, il n’en reste plus que quatre! Les avions modernes sont entre 15 % et 25 % plus économes en carburant et nécessitent entre 15 % et 20 % moins de maintenance. De plus, les intervalles de maintenance sont plus longs (ex. : Embraer EMB-145 = toutes les 4000 heures aujourd’hui par rapport à toutes les 7500 heures pour la prochaine génération et 8500 heures dans le cas de l’Embraer E-2).

Nouvelle technologie :

La gestion de l’état des aéronefs permet aux lignes aériennes de prédire quand leurs appareils feront défaut. Il en résulte une nouvelle façon de procéder à la maintenance et cette technologie est appelée à prendre de l’ampleur à l’avenir.

Le pouvoir prévisionnel de la gestion de l’état des aéronefs combiné à l’analyse des données pose un défi aujourd’hui, maintenant que nous avons recueilli toutes sortes de données. Les appareils de prochaine génération et leurs systèmes embarqués produiront encore plus de données et ont le potentiel de transformer de façon radicale les travaux de maintenance, de réparation et de révision dans un horizon pas si lointain.

Tout cela mènera à une réduction des effectifs, car les sociétés aériennes seront en mesure de prévoir avec exactitude les travaux qui devront être effectués et les pièces qui devront être fabriquées (impression 3D), réparées ou remplacées avant même qu’elles ne brisent. Cette technologie connaît un début lent, mais on s’attend à une croissance rapide à mesure que la capacité de conception de programmes se développe et que de plus en plus de sociétés adoptent ce nouvel outil.

À l’ère actuelle, ces données ne sont pas pleinement utilisées. Cependant, les pièces ne seront plus tenues en stock et les effectifs seront utilisés de telle sorte à assurer une rotation entre plusieurs services de la même entreprise étant donné la prévisibilité des travaux requis.

Malgré tout cela, la tendance vers l’impartition ne s’estompera pas et aura même une incidence sur les travaux de maintenance en ligne de plusieurs transporteurs aériens. Cette technologie permettra de réduire les coûts de maintenance par appareil de l’ordre de 15 % à 20 %.

De gros changements se dessinent dans l’industrie MRO. Ils se manifesteront rapidement et auront une incidence notable.

Photos ci-dessous : Plus de 15 000 personnes ont assisté aux trois jours de la conférence MRO à Miami, en Floride (du 14 au 16 avril 2015). Bombardier, AJ Walters et MTU – toutes représentées par l’AIM – figuraient parmi les 800 entreprises de 87 pays ayant tenu un stand à la conférence. Il s’agissait de la 20e conférence annuelle.

Conférence 2015 sur l’industrie de la maintenance-réparation-révision

Conférence 2015 sur l’industrie de la maintenance-réparation-révision

Conférence 2015 sur l’industrie de la maintenance-réparation-révision