Ce mois-ci dans l'histoire de l'AIM : juin 2015

Cliquez sur un événement dans le calendrier pour obtenir plus d’information à son sujet.

Début de la grève contre l’abattoir Gainers (1986) La « Marche sur Ottawa » Appui des travailleurs de la Vickers à la grève générale de Winnipeg (1919) Arrestation de J.S. Woodsworth J.S. Woodsworth est arrêté Congrès inaugural de la Fédération du travail de l’Alberta Légalisation des syndicats ouvriers au Canada Effondrement d’un pont à Vancouver tuant 19 travailleurs Éviction par la police des manifestants occupant des édifices gouvernementaux à Vancouver L’AIM devient le plus important syndicat représentant des agents de sûreté aéroportuaire Deux travailleurs tués dans la grève générale de Winnipeg Fin de la grève générale de Winnipeg Une première section locale de l’AIM au Canada reçoit sa charte Application par le fédéral de lois sur la sédition contre les syndicats

NAM Lodge 103 charterLe 27 juin 1890, la section locale 103 située à Stratford, en Ontario, s’est vu remettre sa charte, confirmant son statut de première section locale canadienne de l’Association nationale des machinistes, fondée à peine deux ans plus tôt. Après l’ajout de la section locale 103, le syndicat a changé son nom pour devenir l’Association internationale des machinistes (AIM).

La section locale 103 a été fondée par A.R. Hopper, James Dunn, A. Clark, T. Egan, J. Archibald, William O’Neil et W. McKellar; ils travaillaient comme machinistes dans les vastes ateliers du Grand Trunk Western Railway à Stratford. Le nombre de membres adhérant à l’AIM a augmenté à mesure que les ateliers ont pris de l’expansion. Plus tard, le syndicat a fait des percées auprès d’autres chemins de fer canadiens : le Canadien Pacifique en 1899, l’Algoma Central & Hudson Bay en 1912, le Canadien National, puis le Cape Breton Coal Railway en 1940.

Bien que les ateliers ferroviaires à Stratford aient depuis fermé et qu’il n’en reste que des ruines, la section locale 103 demeure bien vivante dans la ville des festivals, et ce, même si elle ne représente plus de travailleurs ferroviaires. Le credo de justice au travail et de service à la collectivité demeure aussi pertinent aujourd’hui qu’il l’était en 1890.

Sections locales de l’AIM ayant obtenu leur charte durant le mois de juin :

9 juin : SL 692, Vancouver CB (1919)
10 juin : SL 1542, Arnprior ON (1964)
20 juin : SL 1953, Winnipeg MB (1950)
27 juin : SL 103, Stratford ON (1890)
29 juin : SL 1148, L’Assomption QC (1968)
30 juin : SL 2922, North Bay ON (2012)

1er juin : Début de la grève contre l’abattoir Gainers (1986)

Dans une des grèves les plus acrimonieuses de l’histoire du Canada, 1 100 membres des TUAC débrayent pendant plus de six mois. Plus de 400 syndiqués et supporteurs sont arrêtés pendant le mouvement de manifestation contre la brutalité policière et l’appui des policiers aux briseurs de grève.

La « Marche sur Ottawa »

Après des mois de grèves et de manifestations contre les conditions de travail dans les campements établis par le gouvernement conservateur de R.B. Bennett, des centaines de travailleurs montent à bord de wagons couverts à Vancouver pour se rendre à Ottawa et manifester leur mécontentement en personne. Plus tard, la GRC encercle un rassemblement pacifique à Regina et entoure le campement des manifestants de fil barbelé et de mitrailleuses. Pour en savoir plus sur la Marche sur Ottawa, consultez L’Encyclopédie canadienne.

4 juin : Appui des travailleurs de la Vickers à la grève générale de Winnipeg (1919)

Les Machinistes à l’emploi de la Vickers débrayent pour manifester leur appui au mouvement grandissant qui aboutit à la grève générale de Winnipeg. Pour plus d’information sur la grève générale la plus perturbante et la mieux connue de l’histoire du Canada, consultez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

CCF founder J.S. Woodsworth

10 juin : Arrestation de J.S. Woodsworth pendant la grève générale de Winnipeg (1919)

J.S. Woodsworth, un pasteur méthodiste qui deviendra le premier chef de la CCF (l’ancêtre du NPD), est arrêté et accusé de diffamation séditieuse après avoir écrit des éditoriaux appuyant la grève générale de Winnipeg. Pour en savoir plus, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.

11 juin : Début de la grève contre la Sydney Steel (1923)

Des membres du United Mine Workers à l’emploi de la British Empire and Steel Corp. entreprennent une grève épique de plusieurs mois dont le mouvement finit par s’étendre jusqu’en Alberta. John L. Lewis, président du UMW, finit par retourner les membres à la maison. Pour plus d’information, lisez cet article (en anglais) du Cape Breton’s Magazine.

11 juin : Congrès inaugural de la Fédération du travail de l’Alberta (1912)

Née d’une résolution adoptée lors du congrès du United Mine Workers l’année précédente, la Fédération du travail de l’Alberta tient son congrès inaugural à Lethbridge. Pour en savoir plus sur les racines et l’histoire de la FTA, consultez cette page (en anglais) sur le site Web de la Fédération..

14 juin : Légalisation des syndicats ouvriers au Canada (1872)

La Loi sur les syndicats ouvriers, adoptée par le gouvernement fédéral en 1872, légalise l’existence des syndicats ouvriers. Cependant, ce n’est que dans les années 1940 que les syndicats commencent à réaliser de réels gains. Pour plus d’information, lisez cet article sur l’histoire du mouvement syndical dans L’Encyclopédie canadienne.

Effondrement du pont Second Narrows à Vancouver.

17 juin : Effondrement d’un pont à Vancouver tuant 19 travailleurs (1958)

La construction du nouveau pont Second Narrows à Vancouver prend abruptement fin au terme de la journée de travail du 17 juin 1958. Deux pans de la structure s’effondrent et 79 travailleurs tombent à l’eau. Lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne pour en savoir plus.

19 juin : Éviction par la police des manifestants occupant des édifices gouvernementaux à Vancouver (1938)

Lorsque le gouvernement fédéral coupe dans des projets d’aide en 1938, des milliers de chômeurs convergent sur Vancouver et Victoria. À Vancouver, ils occupent le bureau de poste, l’hôtel Georgia et la Vancouver Art Gallery. Bien que des négociations permettent de mettre fin pacifiquement aux occupations de l’hôtel et de la galerie d’art, la GRC s’en prend aux manifestants occupant le bureau de poste.

L’AIM devient le plus important syndicat représentant des agents de sûreté aéroportuaire

20 juin : L’AIM devient le plus important syndicat représentant des agents de sûreté aéroportuaire (2012)

Des centaines d’agents de sûreté aéroportuaire à l’aéroport international Pearson de Toronto joignent leur voix à celle de leurs confrères et consœurs de la Colombie-Britannique, déjà représentés par les Machinistes, en votant en faveur de l’adhésion à l’AIM. Ils ne sont plus satisfaits de la représentation inefficace de leur petit syndicat.

21 juin : Deux travailleurs tués dans la grève générale de Winnipeg (1919)

À mesure que les appuis à la grève générale de Winnipeg se multiplient, les dirigeants de la ville lancent un appel à l’aide au gouvernement fédéral. Le gouvernement y dépêche l’armée, la milice et la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest. Elles prennent d’assaut une foule de grévistes, les frappent de leurs bâtons et tirent leurs armes à feu. Deux grévistes perdent la vie dans ce samedi sanglant.

26 juin : Fin de la grève générale de Winnipeg (1919)

Maintenant que ses dirigeants sont incarcérés, que les journaux sont fermés et que la ville de Winnipeg est occupée militairement, le mouvement syndical décide de mettre fin à la grève générale de Winnipeg. Pour en savoir plus sur la grève générale, lisez cet article dans L’Encyclopédie canadienne.

Une première section locale de l’AIM au Canada reçoit sa charte

C’est à Stratford (Ontario) – un carrefour ferroviaire de première importance à l’époque – que la section locale 103 reçoit sa charte de la nouvelle Association nationale des machinistes. Bien que les ateliers ferroviaires où travaillaient jadis des membres de l’AIM soient disparus depuis longtemps, la section locale 103 demeure bien vivante dans la ville des festivals.

30 juin : Application par le fédéral de lois sur la sédition contre les syndicats (1919)

Une vague d’agitation ouvrière, qui culminera avec la grève générale de Winnipeg, incite le gouvernement fédéral à déposer de nouvelles lois sur la sédition visant les travailleurs membres d’associations « illégitimes ». Les têtes d’affiche de la grève de Winnipeg sont arrêtés en vertu de ces lois. Pour en savoir plus, lisez cet article de L’Encyclopédie canadienne.