Ce mois-ci dans l'histoire de l'AIM : juillet 2015

Cliquez sur un événement dans le calendrier pour obtenir plus d’information à son sujet.

Tout a commencé avec le premier moteur à turbine à gaz entièrement conçu et développé au Canada : le TR4 Chinook d’Avro Canada, construit par des membres de la section locale 717T de l’AIM pour la division Orenda d’A.V. Roe Canada
en 1948.

L’événement qui a vraiment mis le Canada sur la carte mondiale de l’aérospatiale est survenu en après-midi le mercredi 10 août 1949. C’est alors que l’avion de ligne à réaction d’Avro (le Jetliner) a pris son envol au-dessus de Toronto, 13 jours après que le Comet de De Havilland était devenu le premier avion à réacteur à voler dans le monde. Nous étions alors encore à sept ans du vol inaugural du 707 de Boeing.

A.V. Roe Canada a dominé l’aviation nord-américaine pendant plus d’une décennie. D’abord, le CF-100, le premier chasseur à ailes droites à franchir le mur du son. Ensuite, le célèbre intercepteur Avro Arrow ayant franchi, lors de vols d’essai, des vitesses de l’ordre de Mach 1,96 avant l’annulation du projet en 1959. Enfin, l’Avro Car, l’unique soucoupe volante sur Terre, qui a poussé les limites de l’époque des aéronefs sans voilure grâce à l’emploi de moteurs à soufflerie avant d’être annulée à son tour en 1961.

Après la fermeture d’Avro, le foyer de l’aérospatiale canadienne s’est déplacée à Montréal, chez Canadair et Rolls Royce. Les membres de la section locale 712 ont construit l’intercepteur CF-104 Starfighter non seulement pour l’Aviation canadienne, mais aussi pour plusieurs de ses alliés au sein de l’OTAN. A suivi le chasseur CF-5 Freedom, un chasseur léger qui avait la cote auprès de l’Aviation canadienne et de ses alliés de l’OTAN. Lorsque les aéronefs Starfighter ont été remplacés par les F-18 Hornet à la fin des années 1970, ce sont les membres de la SL 171 de l’AIM à l’emploi de Fleet Aerospace qui en ont fabriqué les panneaux protecteurs du système de freinage en vertu d’un contrat 

de licence.

Canadair s’est tournée vers le développement et la production du jet régional Challenger et du bombardier à eau CL-215. Canadair a été achetée par Bombardier, et les gammes de produits n’ont jamais cessé d’évoluer. Le Challenger a donné naissance aux très populaires appareils commerciaux RJ (Regional Jet), tandis que le bombardier à eau a été muni de turbopropulseurs pour devenir le CL-415. Rolls Royce continue de fabriquer des aubes de turbine de calibre mondial pour moteurs à réaction et Orenda. À ce jour, Magellan Aerospace offre des services de réparation et de révision de moteurs à réaction.

Sections locales de l’AIM ayant obtenu leur charte durant le mois de juillet :

1 juillet : SL 1547, Simcoe ON (1954); SL 2913, Mississauga ON (1996)

3 juillet : SL 764, Vancouver CB (1941) 

7 juillet : SL 413, North Bay ON (1900); SL 54, Kingston ON (1947)

19 juillet : SL 2301, Dorval QC (1967)

26 juillet : SL 1848, Flin Flon MB (1944)

31 juillet : SL 2468, Lachine QC (1972)

Depuis 1947, la Saskatchewan avait son régime d’assurance-hospitalisation, le premier de son genre en Amérique du Nord. En 1962, la province a adopté un régime d’assurance-maladie complet. En 1968, le reste du pays a suivi l’exemple de la Saskatchewan. Pour plus d’information sur l’histoire de l’assurance-maladie au Canada, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
La fin d’un lock-out de deux ans décrété contre 235 travailleurs du Journal de Montréal n’a pas été heureuse pour les syndiqués. Seul un quart des lockoutés ont été réembauchés et les autres ont dû se contenter de se partager 20 M$ en indemnités de départ. Rue Frontenac, le quotidien en ligne tenu par les lockoutés, a survécu, mais les nouveaux propriétaires lui ont donné un nouveau nom. Pour plus d’information, consultez cet article.
En ce jour de 1979, des syndiqués et des citoyens préoccupés ont érigé une ligne de piquetage pour empêcher le chargement d’eaux lourdes destinées à une centrale nucléaire de l’Argentine à bord d’un navire accosté au port de Saint-Jean (Nouveau-Brunswick). Les manifestants ont dénoncé la livraison de matières nucléaires à une dictature brutale ayant pris de force le pouvoir trois ans plus tôt en Argentine. Des membres de la section locale 273 de l’Association internationale des débardeurs ont refusé de franchir la ligne de piquetage. Éventuellement, au terme de négociations avec le gouvernement fédéral, la cargaison a pu quitter le port, mais non avant qu’un certain nombre de prisonniers politiques aient été libérés en Argentine. Pour plus d’information, consultez cet article (en anglais).
Dans le sillon de la grève générale de Winnipeg plusieurs années plus tôt, le début des années 1920 a marqué par des conflits de travail au Cap Breton. La British Empire Steel Corp., sise à Montréal, était le plus gros joueur de l’industrie minière du Cap Breton. Elle était déterminée de réduire ses coûts sur le dos de ses travailleurs, ce qui a provoqué plusieurs importants conflits de travail. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
Confrontés à un programme législatif qui minait les droits des syndiqués, des réformistes sociaux et des personnes défavorisées ont joint une coalition de solidarité massive pour contester les mesures prises par le gouvernement du Crédit social de la Colombie-Britannique. La vague massive de protestation a forcé le gouvernement à reculer de son intention de licencier des milliers de fonctionnaires, après quoi les dirigeants syndicaux de l’époque ont mis fin au mouvement de protestation. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
La bataille livrée par Chloe Cooley, une esclave dans la colonie britannique du Haut-Canada (aujourd’hui l’Ontario), a mené à l’adoption d’une loi en 1793 qui, tout en reconnaissant la validité de l’esclavage, interdisait l’importation d’esclaves dans la province. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
Durant la campagne électorale de 1960 et jusqu’au moment de la proclamation de l’assurance-maladie en 1962, des médecins en Saskatchewan ont menacé de ne pas prodiguer de services médicaux. Lorsque l’assurance-maladie a été officiellement adoptée en juillet de cette année-là, une majorité de médecins ont fermé leur cabinet ou pris congé. Le gouvernement provincial a dû faire appel à des médecins américains et britanniques pour pallier à la situation. Vers la mi-juillet, le mouvement a commencé à s’essouffler. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
13 juillet : Marquant une grande victoire pour les syndiqués, la Cour suprême du Canada rejette certaines sections de deux lois promulguées par le gouvernement libéral de la Colombie-Britannique ayant eu pour conséquences l’annulation de conventions collectives, la mise à pied de milliers de travailleurs d’hôpital et l’imposition de réductions de salaire. La Cour a statué que le refus du gouvernement de négocier la question de l’impartition était anticonstitutionnel.
Grace Hartman est devenue la première femme à diriger un syndicat ouvrier en Amérique du Nord lorsqu’elle a été élue présidente du Syndicat canadien de la fonction publique en 1975. Grande défenseuse des droits des femmes depuis le début de sa carrière, le consœur Hartman a été jusqu’à faire de la prison pour défendre ses membres. Pour plus d’information sur sa carrière, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
Fondé en 1919, le Dominion Labour Party a collaboré étroitement avec United Farmers of Alberta pour faire élire quatre députés provinciaux progressistes à l’Assemblée législative de l’Alberta. En 1921, le parti a fait élire quatre candidats à l’Assemblée législative, dont un a été invité à siéger au conseil d’United Farmers. En 1942, le parti s’est fusionné à la CCF nouvellement fondée. Pour plus d’information, consultez cet article de Wikipedia (en anglais seulement).
Fondée l’année précédente, la Co-operative Commonwealth Federation a uni des partis d’agriculteurs et de travailleurs d’un bout à l’autre du Canada. Lors de son congrès inaugural tenu à Regina, les délégués ont adopté le manifeste de Regina, revendiquant la constitution d’une économie mixte par la mise en place de régimes de pension universels, d’assurance-maladie et de sécurité sociale, d’allocations familiales, de l’assurance-chômage, de mesures d’indemnisation des travailleurs et d’autres programmes progressistes. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.
Bien qu’elle ait été célébrée au Canada depuis 1872 par la tenue de défilés annuels à Ottawa et à Toronto, ce n’est qu’en 1894que le Parlement du Canada a décrété la fête du Travail comme jour férié officiel. Pour plus d’information, consultez cet article de l’Encyclopédie canadienne.