PRIVÉ PUBLIC : De quel côté votre cœur balance?

À propos de la question 2, saviez-vous que?

Quelle que soit votre opinion, sachez qu’il est actuellement interdit de souscrire une assurance privée pour les soins et services couverts par la RAMQ, à l’exception des chirurgies de la hanche, du genou et de la cataracte.

Il est également interdit aux médecins d’offrir leurs services pour des soins et services médicalement requis à la fois dans le secteur public et dans le secteur privé. S’ils veulent aller dans le privé, ils doivent se désengager de la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). À l’exception de la dentisterie, très peu de médecins sont non participants, à peu près 130 sur 15 696 médecins omnipraticiens et spécialistes en 2005 (0,8 %).

Il va de soi qu’un « transfert » massif de médecins du secteur public au secteur privé priverait le système public d’une main-d’oeuvre essentielle.