La relève est bien vivante à la FTQ

Photo des jeunes au camp de formation

Que va faire la FTQ en vue des prochaines élections au Québec? Pourquoi la FTQ n’a-t-elle pas participé à toutes les coalitions depuis l’élection du gouvernement Charest? Quelle est la position de la FTQ dans le débat sur la dette ou sur le privé en santé?

Les questions sont tombées en rafale après la présentation de près d’une heure du président de la FTQ, Henri Massé, dans le cadre du camp de formation organisé par le comité jeunes de la FTQ du 6 au 8 novembre dernier. Plus d’une trentaine de jeunes militantes et militants en provenance d’une dizaine de secteurs ont participé à cette activité qui en est maintenant à sa sixième édition.

Outre cette discussion franche, directe et sans formalités avec le président de la FTQ, les participants ont eu droit à un débat sur la dette entre Louis Gill, professeur d’économie politique à la retraite de l’UQAM, et Pierre-André Bouchard, ancien président de la FEUQ, aujourd’hui consultant. Les lieux communs et les formules toutes faites ont volé en éclats à l’occasion de ce débat enrichi par les interventions et commentaires des jeunes dans un deuxième temps.

La veille au soir, André Leclerc, conseiller au Service de la solidarité internationale de la FTQ, a fait un exposé. Enfin, un atelier a porté sur l’apprentissage des éléments devant constituer un argumentaire et, le cas échéant, un tract aux membres ou encore un communiqué grand public. Les participants se sont également prêtés à un test de connaissances syndicales plutôt corsé dont la plus forte note fut obtenue par… l’économiste de la FTQ, Monique Audet.