Sommet québécois de l’aménagement du territoire

Notre modèle de développement doit changer!

La Politique nationale doit être un point tournant pour l’avenir du Québec

Montréal, 28 janvier 2022 – À quelques mois de l’adoption de la Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire, plus de 500 participants.es se sont réunis le 27 janvier lors du Sommet québécois de l’aménagement du territoire, organisé par 21 organisations membres de l’alliance ARIANE et du G15+, dans une convergence sans précédent. Des leaders et professionnel.les des domaines politique, économique, social, culturel, environnemental et agricole pressent le gouvernement d’adopter une politique ambitieuse et visionnaire afin de transformer le modèle de développement urbain pour faire face aux défis du 21e siècle. Trois ministres du gouvernement du Québec et trois mairesses ont également pris la parole pour réitérer l’importance de revoir en profondeur les pratiques en aménagement et en urbanisme, partout au Québec.

Que ce soit les citoyen.nes, les nouveaux élu.es, les jeunes, les entrepreneurs, les professionnel.les de l’aménagement, toutes et tous exhortent le gouvernement à saisir cette occasion historique de transformer fondamentalement le modèle d’occupation et de mise en valeur du territoire.

Des centres-villes résilients et prospères, des patrimoines mis en valeur et protégés, des milieux de vie répondant aux besoins de tous les âges : voici les sujets qui ont concentré les réflexions du Sommet. Répondre aux enjeux soulevés nécessite d’optimiser notre utilisation du territoire, notamment en passant de l’éparpillement urbain à la consolidation des milieux existants. Ce virage est indispensable, aussi bien pour assurer la vitalité des cœurs de villes et de villages que pour préserver nos terres agricoles et faire croître notre autonomie alimentaire, ainsi que pour protéger nos espaces naturels et réduire notre vulnérabilité face aux contrecoups des changements climatiques. La mobilisation est plus forte que jamais.

Le Sommet était coprésidé par Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des chambres du commerce du Québec, membre du G15+, et Jeanne Robin, porte-parole de l’alliance ARIANE. « Nos choix d’aménagement ont un impact direct sur notre richesse collective, notre santé et notre qualité de vie à long terme. Nous sommes à la croisée des chemins. Pour construire le Québec que nous voulons, nous avons besoin d’une politique nationale ambitieuse et visionnaire. Pour faire face à l’urgence climatique, pour répondre aux besoins de nos aînés, pour loger adéquatement toutes les familles et les nouveaux arrivants, pour protéger le patrimoine qui fait notre fierté et notre identité, ainsi que pour assurer la vitalité économique de nos villes et de nos villages, nous avons besoin d’un plan de match assumé au plus haut niveau de l’État », ont souligné les coprésidents du Sommet.

Des solutions incontournables pour répondre aux défis que nous vivons

Les panélistes du Sommet ont démontré que les solutions sont nombreuses et à notre portée, en soulignant qu’il fallait maintenant du courage et de la vision politique pour les exécuter. Parmi les solutions proposées :

  • Que l’État fasse de la proximité et de l’accessibilité le premier critère d’une localisation exemplaire des bâtiments publics, afin de contribuer à la consolidation des cœurs de villes et villages, à la prospérité durable de nos collectivités et à un accès équitable aux équipements et services publics.
  • Que la recherche du bien-être et de l’intérêt collectif, dont celui des générations futures, soit au cœur de la future politique et qu’à ce titre, elle fasse de la protection et de la mise en valeur des patrimoines bâti, paysager, naturel et agricole, une véritable priorité.
  • Que le gouvernement du Québec investisse massivement pour soutenir la transformation des milieux de vie afin de les rendre plus durables et résilients, tout en répondant plus adéquatement aux besoins, notamment de logement.

« À l’heure de l’urgence climatique et en pleine pandémie, nous devons mettre nos forces en commun pour revoir notre modèle de développement. L’aménagement durable du territoire est le chaînon manquant dont nous avons besoin pour atteindre les objectifs que nous nous sommes donnés collectivement, que ce soit en matière de santé, de culture, d’environnement ou d’économie. Il est incontournable de s’y attaquer et de faire preuve d’ambition et de courage, pour rendre le Québec plus vert, plus prospère et plus solidaire afin d’assurer le bien-être des Québécois », affirment les membres de l’alliance ARIANE et du G15+ rassemblés.

Les 21 organisations partenaires de l’événement demandent solennellement au premier ministre François Legault et à l’ensemble des ministres à l’œuvre d’adopter une politique nationale à la hauteur des attentes.

Citations

Pour protéger nos écosystèmes et prévenir les contrecoups des changements climatiques

« La vocation principale de l’aménagement du territoire devrait être le bien-être durable de nos communautés au sein d’un espace de vie sain et sécuritaire, et ce, pour toute la population. Les décisions sur l’aménagement de notre territoire ont toutefois plutôt évolué vers des modèles qui privilégient le plus faible coût, ne tenant pas compte des questions environnementales, d’équité ou de protection de nos terres agricoles si rares et précieuses. » –Colleen Thorpe, directrice générale, Équiterre

« Pendant trop longtemps, nous avons ignoré les relations vitales entre la nature et l’humanité dans nos stratégies d’aménagement du territoire causant de sérieuses répercussions sur nos écosystèmes et sa biodiversité tout en aggravant le changement climatique et la santé publique. Il faut apprendre des erreurs du passé et prioriser désormais un aménagement du territoire où l’interdépendance entre l’humanité et la nature est centrale. » –Sabaa Khan, directrice générale, Québec et l’Atlantique à la Fondation David Suzuki.

« La Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire est une occasion de protéger et d’augmenter la présence des milieux naturels. Ceux-ci jouent un rôle essentiel dans l’adaptation aux changements climatiques et contribuent grandement à la qualité des milieux de vie des communautés. » –Martin Vaillancourt, directeur général du Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec

« L’aménagement durable du territoire se doit d’être une priorité pour tous les acteurs car c’est un aspect primordial pour lutter efficacement contre les changements climatiques et contribuer à préserver l’environnement. » – Denis Leclerc, président et chef de la direction, Écotech Québec

Pour un développement territorial cohérent qui assure une prospérité durable

« Comme professionnels de l’aménagement du territoire, nous sommes impatients de voir le Québec doté d’une vision globale en la matière. Pour faire face à l’urgence climatique, le Québec a besoin d’une plus grande cohérence dans les décisions gouvernementales impactant le territoire ainsi que des leviers favorisant la prospérité et la valorisation de l’identité des régions, ce que devrait apporter la Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire. » -Alexandre Racicot, président de l’Association des aménagistes régionaux du Québec

« La Politique nationale d’architecture et d’aménagement est l’occasion pour le gouvernement de redéfinir l’aménagement du territoire et conjuguer durablement prospérité économique, mise en valeur de nos patrimoines et développement de nos milieux de vie. Nous devons faire les bons choix pour que toutes nos régions profitent de cet élan vers l’avenir ». –Karl Blackburn, Président et chef de la direction, Conseil du patronat du Québec

«  Il est important de souligner que les pratiques d’urbanisme et d’aménagement du territoire ont un rôle essentiel dans le développement économique de nos régions. C’est pour cela que la future Politique nationale sur l’architecture et l’aménagement du territoire constitue un outil important afin de favoriser la croissance économique ainsi que la vitalité de nos collectivités. » -Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des chambres du commerce du Québec.

« À Fondaction, notre thèse d’investissement est que l’économie doit changer et qu’elle va changer pour répondre aux besoins des personnes en respectant les limites de la planète. Cette transformation positive passe notamment par un aménagement concerté du territoire favorisant le développement de villes et de communautés durables. Des solutions existent. Il s’agit d’avancer ensemble dans la bonne direction. » -Geneviève Morin, Présidente-directrice générale de Fondaction

« Pour assurer le développement optimal et durable de nos communautés, il est incontournable de concilier la mobilité, l’urbanisme, l’aménagement du territoire et la transformation du milieu des transports. Le développement responsable de la filière des véhicules électriques, en contribuant au développement socio-économique des municipalités, sera un véritable gage d’avenir porteur pour toute la société québécoise, tout comme l’ajout de véhicules et d’infrastructures intelligents. » –Sarah Houde, présidente-directrice générale, Propulsion Québec

« La Politique nationale d’architecture et d’aménagement nous donne une occasion d’encadrer l’occupation et le développement ou non du territoire. C’est une opportunité de corriger le tir concernant les erreurs du passé que ce soit l’étalement urbain, le développement désordonné ou la faible qualité d’architecture. Ça demande le courage de travailler à ce que notre manière d’agir sur le territoire soit cohérente avec nos objectifs de qualité de vie, de transition écologique et de développement culturel et social. » –Ron Rayside, architecte chez Rayside Labossière

« L’Ordre des urbanistes croit fermement que l’adoption d’une Politique nationale sera bénéfique pour l’ensemble de la société québécoise. Nous l’avons répété à maintes reprises au cours des dernières années : depuis trop longtemps, l’aménagement du territoire est dans l’angle mort des politiques publiques — à une époque où les crises se multiplient, il devrait être la pierre d’assise de nos décisions collectives. » -Sylvain Gariépy, président de l’Ordre des urbanistes du Québec

« Pour transformer le modèle de développement urbain afin de le rendre plus soutenable, la Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire devra mettre en place des règles communes et prévoir des investissements importants. La création d’un Fonds en aménagement et urbanisme durables doté d’au moins 100 M$ par année propulsera l’émergence d’écoquartiers partout au Québec en plus de susciter l’émulation. » –Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville

L’aménagement : au cœur de notre patrimoine, de notre culture et de notre territoire

« Le paysage urbain et rural du Québec joue un rôle central et déterminant dans notre identité collective. Il constitue une ressource fondamentale tant économique, sociale qu’environnementale dont il faut prendre le plus grand soin dans tous les axes de la nouvelle Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire. » –Catherine Fernet, présidente de l’Association des architectes paysagistes du Québec

« L’aménagement du territoire et la mise en valeur de notre patrimoine bâti et de nos paysages culturels sont intimement liés. Nous sommes convaincus que la Politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire peut jouer un rôle déterminant pour la compréhension, la sensibilisation et la préservation de notre héritage collectif. » –Renée Genest, directrice générale, Action patrimoine

« Le Sommet a permis de mettre en évidence l’importance d’une Politique nationale d’architecture et d’aménagement ambitieuse. L’avenir de nos collectivités passe par l’amélioration de la qualité des milieux de vie et une participation active des communautés dans leur développement. En ce sens, la valorisation de notre patrimoine bâti et de nos espaces naturels passe par la participation active des citoyennes et des citoyens qui en sont les premiers à en bénéficier. » –Béatrice Alain, directrice générale, Chantier de l’économie sociale

« Plus qu’un simple accessoire, le territoire du Québec et de ses communautés est un  patrimoine collectif vivant qui participe de notre identité locale, régionale et nationale. Il est urgent de cesser son gaspillage et sa banalisation. Héritage Montréal attend cela de la future politique nationale d’architecture et d’aménagement du territoire, et surtout de sa mise en œuvre. Longtemps réclamée pour réconcilier développement, patrimoine et territoire, c’est un outil nécessaire pour bâtir ensemble l’avenir avec fierté. » –Dinu Bumbaru, directeur des politiques à Héritage Montréal

« L’aménagement de notre territoire et notre environnement bâti sont une responsabilité collective. Élus, professionnels de l’aménagement et citoyens ont tous un rôle à jouer pour concevoir des milieux de vie plus harmonieux, plus durables, plus inclusifs. Une vision cohérente et rassembleuse est nécessaire à l’heure où les défis qui pèsent sur notre environnement et nos communautés sont immenses. La future Politique doit définir cette vision et nous donner collectivement les moyens de mieux protéger, adapter et mettre en valeur nos acquis et mieux construire demain. » -Pierre Corriveau, président de l’Ordre des architectes du Québec

« Le Québec est reconnu pour la richesse de son patrimoine territorial. Les terres agricoles sont une ressource essentielle, limitée et non renouvelable et, avant tout, l’actif le plus précieux des producteurs agricoles et leur principal outil de travail. Nous avons collectivement le devoir de les préserver. La nouvelle Politique devra donc impérativement prévoir une protection renforcée du territoire et des activités agricoles. Elle sera une bonne occasion de réévaluer le cadre de l’aménagement du territoire québécois, visant à favoriser la consolidation des noyaux urbains et à freiner l’étalement urbain. » –Martin Caron, président général de l’Union des producteurs agricoles

Pour répondre à la crise immobilière et aux inégalités sociales

« Les défis auxquels font face la population québécoise pour se loger sont aggravés depuis que la crise du logement a pris toute son ampleur au Québec. Il nous faut repenser l’immobilier en s’inspirant de modèles pérennes de l’habitation sociale et communautaire (coopératives, OBNL d’habitation et office d’habitation) qui s’imbriquent dans des milieux de vie et qui respectent tant l’humain que le bâti pour s’adapter aux besoins changeants de notre société.  Nous ne pouvons plus faire du logement un simple toit à mettre sur nos têtes, de nombreux facteurs climatiques, sociétaux et financiers entrent aujourd’hui en ligne de compte » –Alain Marcoux, président de l’AGRTQ et directeur général du GRT Nouvel Habitat.

« Le développement d’une offre de logement abordable et durable à proximité des emplois s’inscrit en pleine cohérence avec la transition juste pour laquelle la FTQ milite. L’amélioration des pratiques d’urbanisme et d’aménagement est importante pour y arriver. » –Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ

« Pour un aménagement du territoire qui soit réellement inclusif, il est essentiel de considérer les besoins des populations à risque d’exclusion: emploi, logement et mobilité sont des incontournables, sans oublier la possibilité de participer aux décisions qui les concernent. » –Daniel Baril, président, Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’oeuvre


À propos de l’alliance ARIANE

L’alliance ARIANE, créée en septembre 2015, travaille pour que l’aménagement du territoire et l’urbanisme soient une priorité au Québec. Son objectif principal est que le Québec se dote, notamment avec une politique nationale, d’une vision d’ensemble assortie de principes fondamentaux qui puissent assurer la coordination de l’ensemble des lois, politiques et interventions de l’État et des instances municipales en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme.

Le comité directeur de l’alliance ARIANE comprend notamment l’Association des aménagistes régionaux du Québec, l’Ordre des architectes du Québec, l’Ordre des urbanistes du Québec, l’Union des producteurs agricoles, le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec, la Fondation David Suzuki, Héritage Montréal, Vivre en Ville, Action patrimoine et l’Association des architectes paysagistes du Québec ainsi que plusieurs experts.

À propos du G15+

Le collectif G15+ est composé de leaders économiques, syndicaux, sociaux et environnementaux du Québec. Créé en mars 2020 en réponse à l’appel lancé par le premier ministre Legault pour réfléchir à la façon dont le Québec pourra sortir plus fort et plus uni de cette crise sans précédent, le G15+ s’est mobilisé dans un élan inédit pour appuyer les efforts de relance de l’économie québécoise.

Le G15+ comprend le Conseil du patronat du Québec, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, Fondation David Suzuki, Chantier de l’économie sociale, Vivre en Ville, Propulsion Québec, Ordre des urbanistes du Québec, Écotech Québec, Équiterre, Fondaction, Association des Groupes de Ressources Techniques du Québec, Coalition des organismes communautaires pour le développement de la main-d’œuvre, Institut du Québec, Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement, Fédération des chambres de commerce du Québec, COPTICOM Stratégies et Relations publiques, Annie Chaloux, professeure à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke et François Delorme, économiste et chargé de cours en économie de l’environnement à l’École de gestion de l’Université de Sherbrooke.