La réforme du mode de scrutin au Québec - La FTQ salue l’entente signée par quatre formations politiques qui s’engagent à réformer le mode de scrutin

Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Photo: Vincent Constantineau

Montréal, le 9 mai 2018. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue le geste, sous l’initiative du Mouvement démocratie nouvelle, des chefs de tous les partis d’opposition et du Parti vert qui ont signé ce mercredi un protocole d’entente s’engageant à réformer le mode de scrutin au Québec pour le remplacer par un système proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales.

L’accord signé entre le Parti québécois, la Coalition Avenir Québec, Québec solidaire et le Parti vert du Québec prévoit qu’un projet de loi serait déposé au plus tard le 1er octobre 2019, advenant l’élection d’un gouvernement issu de l’une de ces formations.

«Il faut saluer ce geste non partisan de ces formations politiques, alors que la FTQ réclame depuis longtemps une réforme du mode de scrutin. C’est d’autant plus pertinent que ce projet fait partie de la plateforme électorale de la FTQ en vue de l’élection du premier octobre prochain», déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

«Pour la FTQ, chaque vote doit compter et seul un mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire permettrait d’amener à l’Assemblée nationale une plus grande représentativité de la population du Québec. Nous sommes en 2018, les élus ont la responsabilité de donner une voix à tous et à toutes afin que s’expriment les divergences qui font grandir notre société. Absent de cette coalition, il est décevant de voir le Parti libéral soutenir un mode de scrutin uninominal à un tour. La formation libérale est à contre-courant et se complait dans un mode de scrutin d’une autre époque qui le sert bien. Le Parti libéral doit refaire ses devoirs et s’engager fermement à déposer un projet de loi pour réformer le mode de scrutin et le remplacer par un scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales», conclut Serge Cadieux.

Consultez la plateforme électorale de la FTQ et sa revendication sur la réforme du mode de scrutin.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.