Recyclage à la Ville de Montréal - La FTQ salue l’initiative de la mairesse de vouloir consulter les partenaires intéressés au dossier

Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ lors d'une commission parlementaire sur la réforme du scrutin, mercredi 22 janvier 2020. Photo Jacques Boissinot

Montréal, le 29 janvier 2020. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), le syndicat des Teamsters et Unifor se réjouissent de la déclaration de la mairesse Valérie Plante tenue à l’émission de Paul Arcand ce mardi à la radio du 98,5 FM, à savoir qu’elle voulait réunir les parties intéressées au dossier afin d’échanger sur les enjeux de la collecte, du tri et du recyclage dans la métropole.

« Le dossier du recyclage est trop important tant du point de vue environnemental qu’économique pour faire l’économie d’une consultation. Les propos de la mairesse qui souhaite mettre autour de la table “ les partenaires émetteurs, ceux qui produisent du papier ” sont accueillis avec satisfaction. Nous demandons que non seulement les élus et les entreprises, mais aussi les groupes environnementaux et les représentants des travailleurs et travailleuses soient invités à échanger sur le dossier afin de trouver des solutions qui doivent permettre de répondre aux enjeux environnementaux dans le cadre d’une transition juste, tout en maintenant les emplois dans ce secteur d’activité », déclare le secrétaire général de la FTQ Denis Bolduc.

« Les travailleurs et travailleuses que nous représentons dans cette industrie sont en première ligne. Ils ont des choses à dire et doivent être écoutés. Le recyclage est un processus complexe qui demande l’apport de tous afin de trouver ensemble des solutions viables, d’améliorer les habitudes de recyclage de la population et de mettre en place une transition environnementale qui ne laissera personne de côté », ajoute le président de la section locale 1999 du syndicat des Teamsters, Michel Héroux.

« Les enjeux environnementaux demandent des efforts concertés et nous sommes prêts à travailler avec tous les intéressés afin de faire évoluer positivement tout le dossier du recyclage dans la métropole. Nous savons que le temps est compté, mais cela ne doit pas nous faire agir dans la précipitation. L’administration Plante doit aussi prendre en considération les impacts que ses décisions peuvent avoir sur des centaines d’emplois en région au Québec », conclut le directeur québécois du syndicat Unifor, Renaud Gagné.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.