Réactions au budget fédéral - La FTQ salue les mesures annoncées en formation et la volonté d’Ottawa de mieux contrôler les coûts des médicaments

Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ

Photo: Eric Demers

Montréal, le 19 mars 2019. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille positivement la décision du gouvernement fédéral de répondre à une partie des revendications de la centrale en matière d’assurance-emploi. La FTQ se réjouit que le processus de révision soit modifié. La centrale souhaite également le rétablissement des conseils arbitraux pour les travailleuses et travailleurs touchés par le chômage et salue les investissements annoncés pour la formation des travailleurs et travailleuses.

«Ottawa se doit de donner un coup de barre en permettant aux travailleurs et travailleuses d’être bien représentés en cas de litige avec le régime d’assurance-emploi. Il faut aussi saluer l’injection d’argent neuf dans des programmes de formation et d’amélioration des compétences. La décision du gouvernement de réformer en profondeur le régime d’assurance-emploi est un autre élément positif», déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Par ailleurs, la FTQ prend acte de la décision d’Ottawa de créer une agence canadienne du médicament. «Pour nous, il s’agit d’un début et non d’une fin. Mieux contrôler le coût des médicaments d’ordonnance c’est déjà une avancée, mais ce que nous réclamons, tant au fédéral qu’au Québec, c’est un véritable régime d’assurance médicaments public et universel afin de permettre à tous et à toutes d’avoir accès à sa médication sans contraintes financières. À ce sujet, Ottawa devra prendre soin de ne pas empiéter dans le champ de compétence des provinces, puisque la santé est de responsabilité provinciale», soutient le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

En environnement, les mesures de transition énergétique annoncées qui prévoient des subventions pour l’achat de véhicules électriques et les infrastructures sont jugées positivement. «Il faut planifier dès maintenant des programmes de soutien et de formation pour les travailleurs et travailleuses qui risquent de perdre leur emploi, ainsi que l’aide aux entreprises qui devront tôt ou tard modifier leurs procédés de production afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. En ce domaine, la FTQ s’attend à ce que le fédéral fasse preuve de leadership», de poursuivre le secrétaire général.

La FTQ est particulièrement heureuse de souligner la volonté d’Ottawa de vouloir modifier la loi sur les faillites des entreprises afin de mieux protéger les rentes des travailleurs et travailleuses. Enfin, le Québec fait face à un important défi de rareté de la main-d’œuvre, c’est pourquoi la centrale salue l’augmentation du seuil de l’exemption du revenu de travail pour les bénéficiaires du Supplément de revenu garanti.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.