Réaction de la FTQ au budget fédéral - Enfin des mesures en assurance-emploi, mais c’est insuffisant

Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ

Denis Bolduc, secrétaire général de la FTQ (Photo: Eric Demers)

Montréal, le 19 avril 2021. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) accueille le budget du gouvernement fédéral de façon positive. La FTQ se réjouit que le gouvernement réponde finalement aux revendications historiques de la centrale en bonifiant le régime d’assurance-emploi, mais c’est nettement insuffisant. « Nous comprenons qu’Ottawa n’a fait qu’abaisser le seuil d’accessibilité, mais n’a rien réglé en ce qui a trait au problème de fond qui est un manque à gagner des chômeurs et chômeuses. En ce qui a trait à la prolongation du soutien aux travailleuses et travailleurs saisonniers, il faudra faire plus, trouver une solution permanente, le gros de la réforme reste à venir », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Il faut saluer la lucidité du gouvernement d’intervenir fortement dans l’économie en allouant plus de 100 milliards dans son plan de relance. « Nous voulons des projets structurants qui garantissent à long terme le renforcement du tissu industriel tout en luttant contre les changements climatiques. Ces investissements devront également se refléter dans des secteurs durement affectés par la crise, notamment en aéronautique et dans le transport aérien », ajoute le secrétaire général.

La FTQ tient à saluer l’annonce de la mise en place d’un service national de garde. «Le Québec gère son propre service de garde depuis 1997. Grâce à ce dernier, des dizaines de milliers de travailleuses ont pu retourner sur le marché du travail et contribuer au développement économique du Québec. Il est heureux qu’Ottawa prévoie un droit de retrait avec compensation, sommes qui nous l’espérons serviront à parachever le réseau des CPE», déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

L’annonce d’un salaire minimum fédéral à 15$ l’heure envoie un signal clair au Québec qu’il doit bouger comme le réclame la FTQ depuis de nombreuses années. «Il faut permettre aux familles de vivre dignement, de sortir du cycle de la pauvreté. C’est aussi un moyen de lutter contre les pénuries de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs», de poursuivre Denis Bolduc.

En environnement, le budget prévoit beaucoup d’argent, mais nous restons sur notre faim en ce qui a trait aux mesures permettant une réelle transition juste pour les travailleurs et travailleuses. La FTQ demande que de véritables mécanismes soient mis en place avec des indicateurs de suivis et un financement adéquat pour soutenir la démarche. En ce qui a trait à la lutte contre l’évasion fiscale, on s’attendait à plus.

«Enfin le gouvernement rate une occasion de mettre en place un véritable régime d’assurance médicaments public et universel tel que promis dans le budget 2019. Aussi la FTQ déplore que le gouvernement fédéral n’ait pas bonifié le transfert canadien en matière de santé comme le réclame Québec depuis de nombreuses années», conclut le secrétaire général, Denis Bolduc.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.