Projet de loi fédéral sur l’assurance médicaments - Ottawa doit prendre la balle au bond et instaurer un véritable régime public et universel

Montréal, le 24 février 2020. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) profite du dépôt par le NPD d’un projet de loi sur la mise en place d’un régime d’assurance médicaments pour inviter le gouvernement fédéral à prendre la balle au bond et à aller de l’avant en mettant en place un véritable régime public et universel.

« Il est grand temps de donner à la population canadienne et québécoise un régime d’assurance médicaments comme le recommande le rapport fédéral du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. L’initiative du NPD doit être saluée et nous demandons aux parlementaires de bonifier au besoin ce projet de loi afin que plus personne n’ait à souffrir par manque de moyen pour se payer les médicaments », déclare le président de la FTQ Daniel Boyer.

Nous savons déjà que 9 % de la population se prive de médication faute d’argent. Nous savons également qu’avec une assurance médicaments publique et universelle, le Québec pourrait économiser de 1 à 4 milliards de dollars par année. « Il n’y a pas à hésiter d’autant plus que le régime hybride public/privé du Québec a fait son temps et doit être remplacé par un régime public et universel. Ottawa doit aussi prévoir le retrait du Québec du programme fédéral avec pleine compensation, cela va de soi », conclut le président de la FTQ.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.