Nouvelles mesures de confinement - La FTQ salue les mesures d’aide au secteur de la culture

Montréal, le 2 octobre 2020. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) salue l’investissement de 50 millions de dollars pour le secteur de la culture. Les derniers mois ont durement affecté les travailleuses et travailleurs de ce domaine qui occupe une place essentielle dans la vie des Québécoises et des Québécois.

« Nous croyons nécessaire ce soutien pour venir en aide aux arts vivants et notamment aux artistes, musiciens, gestionnaires de salles de spectacles et artisans multiples du milieu de la culture qui est si important pour notre identité collective. Ce secteur a durement payé le prix de la crise de la COVID et sa survie va dépendre d’un plan d’action mobilisateur. Ce plan devra tenir compte également de plusieurs balises comme la révision de la Loi sur le statut de l’artiste, l’implantation de mécanismes de contrôle des GAFAM, etc. », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

La FTQ demande aussi au gouvernement du Québec de mettre en place des mesures d’aide supplémentaires pour les secteurs particulièrement affectés par la pandémie. « Il est urgent d’agir sans tarder pour mettre en place des programmes d’aide pour soutenir les travailleuses et travailleurs. Plus spécifiquement, Québec doit soutenir les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration, les PME et l’industrie aérospatiale et celle du transport aérien qui ont peine à survivre au confinement du printemps dernier », ajoute le président de la FTQ.

« Tous ces secteurs ont fait de grands efforts pour maintenir la tête hors de l’eau depuis mars dernier, mais ce nouveau confinement met en péril la survie de plusieurs d’entre eux. Derrière ces entreprises, il y a des femmes et des hommes qui vont se retrouver sans travail. À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles; Québec ne peut les abandonner », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

« La FTQ sera attentive aux mesures de soutien qui doivent être annoncées par le gouvernement sous peu et compte bien faire les représentations qui s’imposent afin que personne ne soit laissé pour compte », conclut Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.