Journée d’actions contre la réforme de l’immigration - Grand rassemblement samedi à Montréal

Montréal, le 27 juin 2020. – Plusieurs groupes étudiants, syndicaux et communautaires organisent conjointement une Journée d’actions, dont un grand rassemblement à Montréal, pour revendiquer un système d’immigration du Québec inclusif et dénoncer notamment les modifications au Programme de l’expérience québécoise (PEQ).

Les demandes

Selon ces organisations, la nouvelle mouture proposée par le projet de règlement va à l’encontre tant des intérêts des Québécoises et Québécois que des intérêts des candidates et candidats à l’immigration. Les organisations dénoncent particulièrement 1) le prolongement des années d’expérience requise, 2) l’exclusion des emplois peu qualifiés, 3) l’allongement du délai de traitement et 4) l’introduction d’exigences linguistiques pour la conjointe ou le conjoint. Elles demandent également 4) le rehaussement du seuil d’immigration et 6) la consultation sur tout projet pilote. Ces six revendications sont précisées dans un communiqué commun, appuyé par 38 organisations (en date du 25 juin).

Le communiqué et la liste des groupes signataires sont accessibles à : https://nonnouveaupeq.blogspot.com/2020/06/communique-commun-contre-la-nouvelle.html

Le rassemblement à Montréal

  • Lieu de rassemblement : Parc Mont-Royal (4060, avenue du Parc, Montréal)
  • Début de rassemblement : 10 h
  • Prises de parole : 10 h 30 à 11 h 15, au Pavillon Mordecai Richler
  • Marche : 11 h 30 vers le bureau du cabinet du premier ministre
  • Porte-paroles :
    • Thibault Camara (Le Québec c’est nous aussi)
    • Denis Bolduc (secrétaire général, FTQ)
    • Émilie Bouchard (coordonnatrice, TCRI)
    • Caria Trigoso (étudiant international, Université McGill)
    • Donalee Martinez (conducteur de camion migrant)
    • Entrevues des porte-paroles : 10 h à 10 h 30, Monument Sir George-Étienne Cartier

Les activités dans d’autres régions

Manifestation à Québec

Manifestation à Trois-Rivières

Manifestation à Sherbrooke

Des activités peuvent être organisées également à Rimouski et à Rouyn-Noranda.

Les citations

« Plusieurs générations d’immigrations ont enrichi et fait du Québec un endroit qu’on aime ; il est difficile de penser que nous pourrons sortir de la crise de la COVID-19 sans eux. Cette réforme est regrettable à la fois pour ces personnes qui pensaient construire un avenir ici, et pour la province, qui se prive du meilleur programme d’intégration et d’attraction que le Québec a connu. »

– Thibault Camara, instigateur du mouvement Le Québec c’est nous aussi
« Pour la FTQ, le PEQ doit demeurer une voie rapide et accessible à la résidence permanente. On doit s’interroger sur l’impact qu’il aura, notamment sur le délai de traitement, l’allongement de la durée de l’expérience de travail, qui passe d’un à trois ans selon le cas, avant de l’appliquer. Par cette action, le gouvernement risque de décourager des candidats à la résidence permanente déjà intégrés à la société québécoise, et ainsi les inciter à quitter vers une meilleure terre d’accueil. »

– Denis Bolduc, secrétaire général, Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)

 

« La TCRI est inquiète par la tendance du gouvernement à favoriser l’immigration temporaire tout en réduisant les chances d’accéder à la résidence permanente. La nécessité d’offrir un projet de vie viable aux personnes immigrantes et à leur famille afin qu’elles restent au Québec ne peut être négligée dans la réforme du PEQ. »

– Yann Hairaud, coprésident, Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI)

 

« Le PEQ fait partie intégrante du projet de vie de plusieurs étudiants et étudiantes qui ont choisi le Québec pour ses avantages. Il est odieux de modifier les règles du jeu au milieu de leur parcours et de leur ajouter, en plus des années d’études nécessaires à l’obtention de leur diplôme, une année complète (minimum) de travail pour prouver leur inclusion à la société québécoise. »

– Caria Trigoso, étudiante internationale à l’Université McGill

 

« Nous, les camionneurs, avons travaillé sans arrêt tout au long de la crise pandémique, et notre employeur veut aussi nous retenir de façon permanente. Le Québec a besoin de nous, et nous voulons nous installer ici et continuer de contribuer au Québec. Il nous faut un système d’immigration juste et inclusif. »

– Donalee Martinez, conducteur de camion, travailleur étranger temporaire

 

Groupes organisateurs

1) Mouvement Le Québec, c’est nous aussi
2) Centrale des syndicats démocratiques (CSD)
3) Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
4) Centre des travailleurs et travailleuses immigrants (CTI)
5) Confédération des syndicats nationaux (CSN)
6) Conseil central du Montréal métropolitain-CSN (CCMM-CSN)
7) Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
8) Conseil régional FTQ Montréal métropolitain (CRFTQMM)
9) Table de concertation des organismes au service des personnes réfugiées et immigrantes (TCRI)