La FTQ rend hommage aux travailleuses et travailleurs de première ligne

Montréal, le 12 novembre 2020. – En ce 12 novembre, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) prend le temps de rendre hommage aux milliers de travailleuses et travailleurs de première ligne qui luttent depuis mars dernier contre la pandémie. Principalement, les quelque 18 000 personnes du réseau de la santé et des services sociaux ainsi que de l’éducation qui ont contracté la COVID-19 et, de façon particulière, aux 12 travailleuses et travailleurs de la santé qui en sont décédés lors de la première vague.

En invitant la population et les travailleuses et travailleurs de tous les milieux à prendre leur pause de 15 minutes, à 10 heures, en ce 12 novembre, lorsque cela peut se faire tout en s’assurant de la continuité des services, la FTQ veut leur rendre hommage.

«Collectivement, nous avons un devoir de mémoire, particulièrement à l’endroit de celles et de ceux qui y ont laissé leur vie. Nous ne pouvons oublier leur dévouement et leur sacrifice. Il faut également saluer tout le travail effectué par les travailleuses et travailleurs de première ligne, toutes professions confondues, qui ont continué d’offrir, jour après jour, des services à la population bien souvent au risque de leur santé, pour s’assurer que toutes et tous traversent cette crise dans les meilleures conditions possible. À la FTQ, nous vous disons MERCI», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

«Cette crise nous fait également prendre conscience de l’état difficile des conditions d’exercice d’emploi des travailleuses et travailleurs du secteur public. À la FTQ, nous avons lancé les négociations pour le renouvellement des conventions collectives il y maintenant un an. Nous avons répondu présents à l’appel du premier ministre qui, en mars dernier, nous a demandé d’accélérer les discussions. Nous avons présenté des solutions pour améliorer les services publics qui répondent aux attentes du gouvernement, sans résultats concrets», ajoute le président de la FTQ.

«Il y a urgence, il faut améliorer l’attraction et la rétention du personnel, les conditions d’exercice d’emploi et la rémunération si nous voulons attirer des travailleuses et travailleurs dans les services publics. Québec se prépare à investir 14 millions de dollars dans les infrastructures, bravo, mais il est temps aussi d’investir dans les services publics, nos ressources humaines en santé et en éducation», conclut Daniel Boyer.

Rappel: dans le secteur de la santé, les membres du SCFP et du SQEES-298 (FTQ) ne pourront pas prendre leur pause simultanément à 10 heures. Toutefois, celles et ceux qui le peuvent en respectant leur convention collective sont invités à le faire.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.