La FTQ réagit au budget de la CAQ - Malgré les investissements annoncés, la FTQ reste inquiète pour l’avenir des services publics

L'équipe de la FTQ au huis clos des médias sur le budget du Québec, 10 mars 2020. Photo : Jacques Nadeau

Québec, le 10 mars 2020. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) reste grandement préoccupée par le second budget du ministre des Finances Éric Girard, surtout en ce qui a trait aux services publics. « Les sommes attendues pour rebâtir nos services publics ne sont pas au rendez-vous. C’est décevant, particulièrement lorsque l’on considère que le gouvernement nage dans les surplus. Surplus, rappelons-le, accumulé sur le dos des travailleurs et des travailleuses victimes de l’austérité du gouvernement libéral. Le gouvernement propose en santé et en éducation des augmentations à peine supérieures à la hausse des coûts de système. Aussi, au lieu d’être versés dans le Fonds des générations, les surplus devraient être investis dans les services publics, qui profiteront également aux générations futures », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Enjeux environnementaux : le diable est dans les détails !

Le gouvernement Legault nous offre un plan d’affaires peinturé en vert pour le Québec. C’est bien, mais l’on a besoin d’un véritable plan de lutte contre les changements climatiques qui met à contribution tous les acteurs sociaux et économiques. « On attend toujours de connaître le plan du gouvernement. On constate qu’il y a bien peu pour assurer une transition juste et qualifiante pour les travailleurs et travailleuses, notamment en formation de la main-d’œuvre. C’est bien beau d’annoncer des millions pour de nouveaux équipements, de nouveaux programmes, mais encore faut-il que les travailleurs puissent acquérir les compétences de ces métiers de demain. Concernant les mesures d’électrification des transports, plusieurs d’entre elles nous paraissent intéressantes, mais demeurent peu ambitieuses pour réduire considérablement le nombre de véhicules solo et de véhicules à essence. Plusieurs projets de transport en commun sont à l’étude, mais encore faut-il savoir quand elles verront le jour », ajoute Daniel Boyer.

De l’aide pour les groupes vulnérables

La FTQ salue les sommes supplémentaires dédiées à l’aide aux femmes victimes de violence conjugale, ainsi que celles consacrées à la protection de la jeunesse. La centrale accueille aussi favorablement l’amélioration des soins aux aînés en CHSLD et l’ajout des crédits d’impôt pour personnes aidantes. « Ces groupes vulnérables méritent une attention particulière du gouvernement, il s’agit là d’un pas dans la bonne direction, mais il faudra que les sommes soient récurrentes », renchérit le président.

Les grands oubliés : les personnels des secteurs public et parapublic

Enfin, pour la FTQ, il importe de rappeler au gouvernement que les personnels des secteurs public et parapublic font trop souvent les frais des coupes budgétaires, alors que ce sont ces travailleurs et travailleuses qui tiennent à bout de bras notamment les réseaux de l’éducation et de la santé. « Il est urgent d’améliorer les conditions de travail, d’exercice d’emplois ainsi que la rémunération de ces travailleurs et travailleuses si nous voulons attirer du nouveau personnel et les retenir à l’emploi », conclut Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.