La FTQ demande aux grutiers de respecter l’ordonnance et au gouvernement de former un comité indépendant

Montréal, le 22 juin 2018. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au gouvernement du Québec de former un comité indépendant afin d’étudier l’aspect sécuritaire du nouveau règlement qui modifie la formation des grutiers et grutières. Dans un même temps, la FTQ, qui soutient les revendications des grutiers et grutières, demande à ces derniers et au syndicat de respecter l’ordonnance émise hier et de fournir leur prestation normale de travail.

Ce comité indépendant devra analyser tout le dossier de la sécurité des travailleurs et travailleuses et du public, et rencontrer les différents intervenants qui œuvrent dans ce secteur de l’industrie de la construction.

Il faut savoir que le nouveau règlement sur la formation des grutiers et grutières réduit considérablement les heures de formation. Avant ce nouveau règlement, il fallait accumuler 870 heures de formation pour obtenir un diplôme d’études professionnelles (DEP) pour exercer le métier de grutier, alors que le nouveau règlement n’en exige que 150 en entreprise et 80 seulement pour opérer un camion-flèche, d’où la crainte des travailleurs et travailleuses pour leur santé et sécurité.

Par ailleurs, ce n’est pas un hasard si la formation est de 870 heures, cela fait suite à une recommandation d’un coroner. Les 870 heures de formation ont fait passer le nombre de décès moyen de 4,5 à 1,5 par année. Ce nouveau règlement a été adopté par des parties intéressées. Cependant, pour étudier l’impact du nouveau règlement sur la sécurité, il faut un regard extérieur, d’où la demande au gouvernement de former un comité indépendant ou encore de confier ce mandat à un juge à la retraite.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.