La FTQ déçue de la décision du ministre du Travail de réduire les heures de formation des grutiers

Montréal, le 5 juillet 2019. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) s’étonne de la décision du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, qui annonce des diminutions d’heures de formation des grutiers et grutières. La FTQ reste solidaire avec ces travailleurs et travailleuses dans leurs revendications et demande au ministre de revoir sa décision.

« Pour la FTQ, en réduisant la formation à seulement 80 heures pour les opérateurs de camions-flèches, on joue aux dés avec la santé et la sécurité des travailleurs et travailleuses », déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

En 2007, le rapport d’un coroner sur le décès par électrocution de 3 travailleurs opérant des camions-flèches était on ne peut plus clair : le coroner conclut au manque de compétence et de formation.

« Pourtant, il est démontré que la formation des grutiers, instaurée en 1997 et exigeant entre autres un diplôme d’études professionnelles (870 heures), a fait ses preuves tout en permettant de réduire le nombre d’accidents et surtout de nombre de décès de près de 2/3. En réduisant les exigences pour la formation, c’est comme si on ne se souciait plus de la sécurité sur les chantiers, c’est inexplicable. Québec doit revoir cette décision », conclut Daniel Boyer.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.