La FTQ commente le résultat des élections fédérales

Ottawa n’a plus d’excuses, il doit réformer l’assurance-emploi et instaurer un régime d’assurance médicaments public et universel

Montréal, le 21 septembre 2021. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) demande au Parti libéral du Canada et à son chef, Justin Trudeau, de livrer sans délai ses engagements maintenant que la population canadienne, prudente, a reporté au pouvoir le Parti libéral dans un gouvernement minoritaire. À ce sujet, la FTQ invite les partis d’opposition à coopérer afin que les promesses libérales se réalisent, notamment en matière d’assurance-emploi et sur la mise en œuvre d’un régime d’assurance médicaments public et universel.

« Ça fait trop longtemps que les gouvernements qui se sont succédé à Ottawa ont ignoré la détresse des travailleurs et travailleuses ayant perdu leur emploi ou des personnes qui doivent se priver de leurs médicaments faute d’argent en reportant année après année les réformes nécessaires pour améliorer le filet social. Il est temps que ça change », déclare le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

« Outre la réforme de l’assurance-emploi et la mise en place d’un véritable régime d’assurance médicaments public et universel, le nouveau gouvernement devra s’engager clairement dans la lutte contre les changements climatiques et dans une relance économique accompagnée d’un plan de transition juste pour les travailleurs et travailleuses. Ottawa devra également assumer sa part dans les transferts fédéraux en santé vers les provinces », ajoute le secrétaire général.

« Le gouvernement libéral devra entre autres s’engager à lutter plus efficacement contre les paradis fiscaux, à moderniser les lois fédérales afin de mieux protéger les travailleurs et travailleuses, notamment avec une loi anti-briseur de grève, et à protéger les régimes de retraite en cas de faillites d’entreprises. La FTQ a bien l’intention de poursuivre les revendications nécessaires auprès du gouvernement fédéral afin de faire de notre société une société plus juste, plus démocratique et plus verte », conclut le secrétaire général, Denis Bolduc.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.