La FTQ et ses affiliés dans le secteur public entérinent à 94% l’entente de principe

«Il faut saluer notamment l’importance des gains pour les bas salariés que nous représentons, bravo !» – Daniel Boyer, président de la FTQ

Montréal, le 23 juin 2021. – La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) et ses affiliés dans le secteur public (SCFP, SQEES 298, SEPB, UES 800) annoncent que c’est par une très forte majorité de 94% que l’entente de principe conclue en mai dernier avec le gouvernement a été entérinée par l’ensemble des 57 000 travailleuses et travailleurs qu’ils représentent en éducation, en santé et dans les services sociaux.

Détail des votes d’acceptation de l’entente de principe :

  • SCFP: 90,54% (éducation 85,69%; santé 95,4%)
  • SQEES-298: 93%;
  • SEPB :93%;
  • UES 800: 98%.

L’entente prévoit un contrat de 3 ans avec des hausses salariales de 2% par année et une toute nouvelle structure salariale pour les plus bas salariés ainsi que des améliorations aux conditions d’exercice d’emploi favorisant l’attraction et la rétention du personnel. Dans l’entente de principe conclue le 29 mai dernier entre la FTQ et le gouvernement, nous avons aussi convaincu Québec d’intégrer une nouvelle structure salariale à la 3e année de la convention collective, soit au 1er avril 2022, de façon à diminuer l’écart entre les hauts et les bas salariés.

«Il faut remercier les travailleurs et travailleuses pour leur résilience, leur persévérance. D’ailleurs, la crise de la COVID-19 a clairement démontré l’importance des services publics pour la population du Québec. Sans tous ces hommes et toutes ces femmes qui se sont dévoués à la tâche malgré les difficultés rencontrées, je ne crois pas que le Québec aurait pu sortir de cette crise de cette façon alors que nous approchons de la fin de cette pandémie», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

«Malgré cela, les services publics restent fragiles et le gouvernement devra en assurer la pérennité en les mettant à l’abri de nouvelles mesures de compressions. Il faudra rester vigilants et mobilisés afin de protéger ce qui nous distingue, ce qui nous permet de traverser les pires crises. Ce que nous voulons, ce que nous défendons, c’est une société plus juste, plus équitable et plus démocratique afin que personne ne soit abandonné à son propre sort ou dans la misère», ajoute le président de la FTQ.

«Les travailleuses et travailleurs du secteur public méritent de bonnes conditions de travail, d’exercice d’emplois et une rémunération équitable. Dans cette négociation, la FTQ et ses affiliés (SCFP, SQEES-298, SEPB, UES 800), ont tracé la ligne. Nous devons être particulièrement fiers de la nouvelle structure salariale qui va profiter aux plus bas salariés, mais aussi à l’ensemble des travailleurs et travailleuses du secteur public», déclare le coordonnateur de la négociation pour la FTQ et directeur québécois du SCFP, Marc Ranger.

«En terminant, un gros merci à toutes les équipes de négociation, tant à la table centrale, qu’aux différentes tables sectorielles. Un merci spécial à Marc Ranger qui a mené à bien cette négociation, merci à toutes et à tous», conclut le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Le nouveau contrat de travail comprend entre autres:

  • 6% de hausse salariale (2% par année);
  • Contrat de 3 ans : 1er avril 2020 au 31 mars 2023;
  • Des augmentations pour les bas salariés, attribuables à la nouvelle structure négociée par la FTQ, allant de 10,4% à 7,0% sur trois ans. Exemples : les personnes préposées à l’entretien ménager léger (9,8%), les concierges classe II (8,7%), les agents et agentes administratives classe 3 (8,4%), les secrétaires (8,0%), les éducateurs et éducatrices en service de garde (7,3 %), les agents et agentes de soutien administratif (7,7%).
  • L’employeur double sa contribution au régime d’assurance médicaments de base.
  • Bonification des salaires d’entrée des professionnels et professionnelles et des techniciens et techniciennes avec la majoration de 1% d’un nombre significatif d’échelons pour les rangements 12 à 28.
  • Les personnes préposées aux bénéficiaires et les auxiliaires en santé et services sociaux verront leur salaire augmenter d’au moins 15% sur trois ans, de 22,35$ à 25,63$, excluant les primes.
  • Élargissement de la prime de rétention et d’attraction de 10% pour quatre nouveaux titres et emploi d’ouvriers spécialisés, dont les mécaniciens et mécaniciennes d’entretien Millwright et les conducteurs et conductrices de véhicules lourds.
  • Maintien des primes pour les personnes salariées du secteur de la santé et des services sociaux œuvrant auprès de la clientèle présentant des troubles graves du comportement (TGC), pour celles œuvrant auprès de la clientèle dans les centres d’hébergement de soins de longue durée et pour les psychologues.
  • En parallèle de la négociation, des règlements majeurs rétroactifs au 31 décembre 2010 en équité salariale sont intervenus pour plusieurs catégories d’emploi, dont les auxiliaires en santé et services sociaux, les bibliothécaires et les secrétaires d’école.
  • Deux versements d’environ 600$ dont un en 2021 et un autre en 2022 pour les personnes salariées, incluant un versement plus élevé pour les bas salariés.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.