Avez-vous lu ça?

Les syndicats canadiens observent la Journée internationale pour les migrants – Les droits des travailleurs et travailleuses migrants sont les droits de tous les êtres humains

Congrès du travail du Canada
www.congresdutravail.ca
16 décembre 2009

OTTAWA – Les syndicats canadiens observent la Journée internationale pour les migrants le vendredi 18 décembre et ils appellent les gouvernements à adopter et à ratifier la Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Cette journée proclamé par l’Organisation des Nations Unies reconnaît la contribution des travailleurs et travailleuses migrants et appelle à l’adoption de mesures pour protéger leurs droits. « Au Canada, des travailleurs et travailleuses migrants prennent soin de nos enfants, de nos aînés, de nos handicapés et de nos malades, explique Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. Ils sont également nombreux derrière les comptoirs à servir du café, dans les magasins à remplir les étagères, sur nos chantiers à bâtir nos infrastructures, dans les camions de transport à sillonner le pays. En cette journée, nous rendons hommage à leur contribution, mais des gestes devraient aussi être posés. »

Chaque année, plus de 25 000 travailleurs et travailleuses migrants viennent au Canada pour semer et récolter les champs. La plupart vont en Ontario où, en dépit des dangers et des difficultés du travail agricole, le gouvernement provincial leur interdit l’accès à la syndicalisation. Cette semaine, la Cour suprême du Canada étudie une contestation fondée sur la Charte qui a été déposée par les TUAC Canada afin de mettre un terme à cette interdiction et de rétablir le droit à la syndicalisation – tel que la Charte des droits et liberté le garantit – pour tous ceux et celles qui effectuent du travail agricole en Ontario.

« Cette discrimination est scandaleuse et elle doit cesser, explique Wayne Hanley, président national des TUAC Canada (Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce). Ces gens sont nombreux à ne pas pouvoir s’exprimer en anglais et en français et plusieurs travaillent dans des petites collectivités. Ils sont invisibles et silencieux alors qu’ils jouent un rôle crucial dans presque tous les secteurs de l’économie. Il est temps que ces travailleurs et travailleuses bénéficient du respect qu’ils méritent, des protections dont ils ont besoin, ainsi que du droit à la négociation collective que la Charte garantit à tous les travailleurs et travailleuses au Canada. »

La politique canadienne en matière d’immigration bafoue aussi le droit à la justice des travailleurs et travailleuses migrants. Le Programme des travailleurs étrangers temporaires du gouvernement du Canada couvre maintenant plus de 250 000 travailleurs et travailleuses migrants, mais il ne prévoit aucun cadre national pour offrir des protections significative à ces gens au travail. Les changements proposés à la réglementation qui régit le PTET vont bientôt limiter le séjour au Canada à 48 mois, mais les employeurs peu scrupuleux et les courtiers en main-d’oeuvre vont pouvoir continuer d’exploiter les travailleuses et travailleurs migrants tout en jouissant d’une relative immunité.

Les chefs syndicaux invitent les Canadiens et les Canadiennes à joindre leur député ou députée pour lui dire que les droits de la personne sont valables pour tout le monde au Canada – y compris pour les travailleurs et travailleuses migrants. Pour y arriver, il faut que le Canada adopte et ratifie la Convention internationale de l’ONU sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3,2 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 130 conseils du travail régionaux. Site Internet : www.congresdutravail.ca

Renseignements :
Michael Forman, représentant national, TUAC CANADA, mforman@ufcw.ca Tél. : 416-675-1104, poste 249. Internet : www.ufcw.ca
Karl Flecker, directeur national, Droits de la personne et lutte contre le racisme, CTC, Tél. : 613-614-7065