Sommet pour une transition énergétique juste

Sommet pour une transition énergétique juste - Mai 2018

Photo: Eric Demers

Les fruits d’une mobilisation importante

Parce qu’elle est convaincue que le mouvement syndical doit être impliqué de près dans la planification de la transition énergétique juste, la FTQ a décidé, dès 2013, de prendre le taureau par les cornes.

Dans le cadre de son 30e Congrès, elle a présenté une déclaration de politique sur l’énergie dans laquelle elle enjoignait les gouvernements d’établir des stratégies de transition équitable pour les travailleurs et travailleuses.

Dans cette foulée, la FTQ a également participé à la Marche Action Climat, le 11 avril 2015, alors que plus de 25000 personnes ont manifesté à Québec pour exiger des actions concrètes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le lendemain, la FTQ organisait conjointement avec Greenpeace Canada le Forum Action Climat, jetant ainsi les bases d’une alliance entre le mouvement syndical et les groupes environnementaux. Cette même année, la FTQ a aussi pris part aux négociations portant sur l’historique Accord de Paris, COP21.

En 2016, la centrale a mené une importante tournée à travers le Québec afin d’informer les membres et d’alimenter la réflexion pour l’élaboration d’une déclaration de politique qui sera adoptée à l’unanimité par les 1000 personnes déléguées à son 31e Congrès.

Sous le thème Changeons le Québec, pas le climat, cette déclaration de politique appelle à un véritable débat sur les changements climatiques et sur l’exploitation des hydrocarbures. Également, elle demande que les syndicats soient impliqués de près dans la planification de cette transition et que des politiques publiques appropriées soient adoptées par les gouvernements.

Sommet sur la transition énergétique

Tout ce chemin parcouru a posé les jalons du Sommet sur la transition énergétique juste qui s’est tenu au Palais des congrès de Montréal les 23 et 24 mai dernier.

Près de 300 personnes, provenant de divers horizons, ont participé à ce sommet qui se voulait une plateforme rassembleuse des forces vives du Québec économique, social et environnemental, des Premières Nations et de tous les groupes intersectoriels interpelés par cet enjeu incontournable.

«La transition énergétique est bel et bien déjà entamée et le Québec, malgré les valeurs qui le gouvernent et les ressources dont il dispose, est en retard. Il faut agir impérativement, car cet enjeu dépasse largement le monde du travail et concerne l’ensemble de la société », ont fait valoir les panélistes regroupés en table ronde.

Le gouvernement doit jouer son rôle de chef d’orchestre

Au sortir du sommet, les organisations syndicales et environnementales, employeurs, investisseurs, société civile, ainsi que le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador ont lancé un appel urgent au gouvernement du Québec en l’invitant à jouer son rôle de chef d’orchestre pour la réaliser efficacement.

«Nous nous appuyons sur ces deux jours de présentations et de débats pour demander à toutes les formations politiques en lice pour la prochaine campagne électorale non seulement de prendre position sur la question de la transition énergétique juste, mais aussi de s’engager à inclure des moyens concrets pour la réaliser dans leur plateforme», ont affirmé les coorganisateurs de l’événement.

Pour consulter l’appel lancé par les coorganisateurs : transitionjuste.quebec.

Visionnez la vidéo sur le Sommet sur la transition énergétique