Mémoire de la FTQ sur le plan d’action concertée en formation professionnelle présenté au ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport du Québec

C’est avec intérêt que la FTQ a participé à la rencontre Bâtir ensemble la formation professionnelle du XXIe siècle, organisée par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES), qui s’est tenue les 5 et 6 février dernier. Ainsi, la FTQ est heureuse d’apporter son expertise aux réflexions entourant la définition d’un plan d’action concertée en formation professionnelle. Cet exercice critique vise à repositionner la formation professionnelle et à actualiser les services et réseaux scolaires pour préparer la main-d’œuvre à faire face aux défis économiques et sociaux des prochaines années.

Face aux transformations du marché du travail et aux besoins de la main-d’œuvre qui évoluent dans les différents secteurs et régions, la FTQ croit nécessaire d’introduire plus de souplesse dans les processus de révision des programmes et dans l’offre de formation sur l’ensemble du territoire pour que ceux-ci puissent mieux répondre aux besoins spécifiques. À cette fin, la centrale est d’avis qu’il est important de reconnaître et de valoriser l’expertise des partenaires du marché du travail, notamment par une meilleure concertation avec le réseau scolaire à tous les paliers.

Par ailleurs, la FTQ considère qu’un réel engagement des employeurs s’impose. La formation professionnelle est la responsabilité de tous. La centrale attend un discours ferme et des mesures concrètes qui feront de la main-d’œuvre une priorité pour les entreprises.

De plus, la FTQ réitère l’importance de prendre en compte les besoins des individus dans la définition de l’offre de la formation professionnelle. À cette fin, la centrale insiste sur la nécessité de reconnaître la présence majoritaire d’adultes à la formation professionnelle et d’adapter l’organisation de cette dernière en conséquence, notamment par une plus grande accessibilité aux ressources, aux équipements, aux programmes de soutien et aux services d’accompagnement.
Enfin, la FTQ souhaite que la formation professionnelle permette aux travailleurs et travailleuses d’occuper un emploi intéressant et de qualité, dans lequel ils peuvent mettre leurs compétences à profit, mais aussi les maintenir à jour et les améliorer.

Consultez le mémoire de la FTQ sur la formation professionnelle.