Harcèlement : À nous aussi d’y voir!

Serge Cadieux et Daniel Boyer

Photo: Isabelle Gareau

Éditorial du Monde ouvrier, no 123, novembre-décembre 2017


Le mouvement syndical se sent, à juste titre, interpellé par l’ampleur que prend le mouvement de dénonciations publiques contre le harcèlement. Ces prises de paroles courageuses nous rappellent que cette situation intolérable perdure depuis trop longtemps dans les milieux de travail et plus largement dans l’ensemble de la société.

Les milieux de travail sont le reflet de la société et ensemble, syndicats, patrons et gouvernements, nous avons le devoir de les rendre exempts de ce fléau qu’est le harcèlement psychologique, incluant le harcèlement sexuel.

Parce qu’ils sont ce qu’on pourrait appeler les « premiers répondants » au travail, plusieurs de nos syndicats affiliés ont déjà amorcé une démarche de concertation et d’actions dans leurs secteurs. En plus des mécanismes déjà inclus dans les conventions collectives, la FTQ et nombre de ses syndicats offrent des formations qui visent à outiller les responsables locaux pour qu’ils puissent connaître les dispositions du Code du travail, de la Loi sur les normes du travail et des chartes canadienne et québécoise des droits et libertés visant à mettre en place des démarches syndicales pour régler les cas de harcèlement et pour les prévenir.

Un travail de sensibilisation est aussi à poursuivre et à intensifier. Nous devons tout mettre en œuvre afin de combattre ces violences, les prévenir, assurer la sécurité de chacune et de chacun et faire respecter les droits individuels et collectifs.

Il est de notre devoir d’être proactifs. Nous devons protéger nos membres et leur faire savoir que leur syndicat est là pour les défendre dans tous les aspects de leur vie au travail. Parce que c’est aussi ça notre mission!

Solidairement,

Daniel Boyer et Serge Cadieux, respectivement président et secrétaire général